Royaume-Uni: Des femmes qui fuient les mariages forcés sont trahies par les médecins et la police.

Posté par Endy le 4 juillet 2008

« Les mariages forcés en Algérie ce n’est pas l’islam, c’est une tradition. En réalité il y en a peu, personnellement je n’en connais pas, et d’ailleurs notre bon pasteur Ramadan a commencé une campagne européenne contre les mariages forcés ».

C’est en substance ce que m’ont déclarés des musulmans interrogés sur ce phénomène, c’est aussi ce qui court sur internet. Pas d’islam donc et Ramadan le grand gourou s’occupe du problème. C’est dire que c’est une preuve de bonne foi !

Malheureusement, la réalité est tout autre. Crimes d’honneur, mariages forcés, reconstruction de l’hymen … les affaires criminelles, les abus de toutes sortes ne manquent pas, en Occident et dans les pays musulmans. On se demande à quelle tradition (sous-entendu non islamique) se réfèrent les Maghrébins pour justifier l’existence des mariages forcés ? Une tradition antérieure à l’islam ? Et qui serait la même dans tous les pays musulmans… ?
A moins qu’on ait « oublié » que les sources sur lesquelles s’appuie le droit musulman sont le Coran, la Tradition, l’Idjma (consentement universel des docteurs musulmans) et le raisonnement par analogie (Qiyâs) ?

 

Certes, je ne me souviens pas qu’il y ait dans le coran un quelconque verset approuvant le mariage forcé, se serait même le contraire. Mais un chien ne fait pas de chats…La tradition est coranique où la femme y est un « citoyen » de seconde zone dévouée à son mari, son tuteur… bref, elle ne « s’appartient » pas. Et là, le coran est riche d’enseignement. Quand bien même elle aurait des droits, les pressions exercées sur les femmes ne rentrant pas dans un cadre imposé sont impressionnantes .

A tout hasard, voici un numéro où les jeunes filles peuvent trouver un secours :

Royaume-Uni: Des femmes qui fuient les mariages forcés sont trahies par les médecins et la police. dans l'islam par les musulmans mariageforce

 

Je rappelle pour exemple sur les « pressions » que les viols sont utilisés en Egypte contre les Coptes pour les forcer à se convertir, qu’en Palestine, certains Chrétiens préfèrent faire porter foulard ou burqa à leurs filles pour éviter insultes, crachats, menaces… Je ne pense pas là non plus que ce genre d’attitude soit explicitement recommandé dans le coran. Une tradition sans doute ?

L’article ci-dessous concerne l’Angleterre. Celle-ci est en but à des problèmes bien plus importants qu’en France concernant et la pression des mahométans sur la société et la pression des mêmes sur leur coreligionnaires . Les Pakistanais policiers, médecins ou employés de l’Etat trahissent le secret professionnel pour aider à retrouver les jeunes filles fuyant les mariages forcés. Encore une tradition ?

 

Un haut-gradé de la police a révélé que de jeunes femmes qui fuient les mariages forcés sont trahies par des médecins et des assistantes sociales en cheville avec les familles pour les faire réintégrer leurs foyers contre leur volonté.

Des docteurs et des employés de centres d’emploi [ANPE britannique] enfreignent le secret professionnel en communiquant aux familles des informations vitales qui leur permettent de traquer et de châtier ces femmes, pour la plupart d’origine pakistanaise.

Le commissaire divisionnaire Steve Allen, porte-parole de l’ACPO (Association des Commissaires de Police) sur la question des mariages forcés, a révélé que certains docteurs avaient alerté les familles de jeunes filles qui avaient demandé la pilule contraceptive, les exposant ainsi à la vengeance de leurs pères ou frères qui considèrent cela comme une tache sur l’honneur de la famille.

Le Commissaire Allen a aussi révélé au Sunday Telegraph que des employés des centres d’emploi avaient eu accès aux dossiers de Sécurité Sociale de femmes qui avaient fui des maris violents, qu’ils avaient découvert où elles touchaient leurs allocations et avaient donné ces informations à leurs familles afin qu’elles puissent les retrouver et les ramener de force au foyer conjugal.

Zalikha Ahmed, directrice du refuge de femmes “Apna Haq” dans le Yorkshire méridional, a déclaré: “Nous nous méfions de la police, surtout des policiers pakistanais. Nous évitons d’aller aux commissariats où travaillent certains Pakistanais car il y en a qui sont des auteurs de délits et l’un d’eux est connu pour avoir dit qu’il n’arrêterait pas quelqu’un qui aurait eu recours à la force contre sa femme.

Les 500 cas de mariage forcé aujourd’hui connus des autorités ne représentent qu’un infime pourcentage des jeunes filles et même des jeunes gens que l’on soupçonne d’avoir été contraints à se marier contre leur volonté.

Il ne se passe pas de semaine sans qu’un ressortissant britannique ne doive être secouru au seul Pakistan par le “Foreign and Commonwealth’s Forced Marriages Unit” [Unité d’intervention dans les mariages forcés au Commonwealth et à l’étranger].

Le commissaire Allen a déclaré que de tels mariages se soldaient pour les victimes par des années de viols et d’abus physiques, psychologiques et émotionnels, finissant parfois par leur enlèvement et même le meurtre lorsqu’elles tentaient de s’enfuir.

Le Commissaire Allen a dit: “Il y a trop d’endroits où les gens s’imaginent que cela ne les concerne pas. Mais nous voyons des cas, de par tout le pays, où des victimes à haut risque sont envoyées par leur famille à un autre bout du pays, loin de chez elles.”

Il s’agit aussi ici de chasseurs de prime et de tueurs professionnels utilisés par les familles pour les traquer, et ces victimes seront assassinées. C’est une question de la protection des enfants, des droits de l’homme, de jeunes gens dont les vies sont détruites et qui souvent sont assassinés pour avoir osé aimer selon leur cœur.

Source : Telegraph
Traduction d’extraits par Darwin pour Bivouac-id

Laisser un commentaire

 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement