Rejet de la plainte contre les caricatures de Mahomet

Posté par Endy le 20 juin 2008

Enfin, une réaction intelligente en Europe. Un souffle d’air frais pour la liberté d’expression. En effet, le tribunal souligne a deux reprises que ce ne sont pas les musulmans qui étaient visés dans les caricatures danoises mais l’islam en tant qu’idéologie pouvant entrainer des actes terroristes.
Les associations se plaignaient qu’on établisse « un lien clair entre Mahomet et la guerre ». Voilà qui est curieux. L’hégire est l’année de référence pour les musulmans. Ce n’est pas l’année de naissance du prophète. Ce n’est pas non plus celle de son ascension. C’est celle où il est devenu chef militaire et politique. Le lien clair entre Mahomet et la guerre appartient en fait à la tradition islamique.

Rejet de la plainte contre les caricatures de Mahomet dans Lois et Institutions caricaturesLa justice danoise a rejeté jeudi la plainte de sept associations musulmanes au Danemark qui avaient intenté un procès à deux responsables du quotidien danois Jyllands-Posten pour leur publication en septembre 2005 de douze caricatures controversées de Mahomet.

Ces associations ont été déboutées par la Cour d’appel qui a confirmé le verdict d’octobre 2006 du tribunal d’Aarhus, siège du journal, selon un communiqué judiciaire. Les juges de la Cour d’appel ont estimé que ces dessins ne portaient pas atteinte à l’honneur des croyants et ne constituaient pas une expression de mépris envers les musulmans, comme l’affirmaient les associations plaignantes.

Celles-ci considéraient ces dessins comme « offensants et injurieux », car « représentant le prophète comme belliqueux et criminel, établissant un lien clair entre Mahomet, la guerre et le terrorisme ». L’une des douze caricatures, qui a fait scandale dans le monde musulman, montrait Mahomet la tête recouverte d’un turban en forme de bombe à la mèche allumée.

Le président du tribunal, Peter Lilholt, a souligné que la justice ne pouvait « restreindre la liberté d’expression », et qu’elle pouvait intervenir uniquement si, conformément à la Convention européenne des droits de l’homme, cette liberté d’expression portait atteinte à « la sécurité nationale, l’intégrité territoriale ou la sécurité publique » d’un Etat.

La cour a également estimé que le dessin du prophète enturbanné, était « de caractère satirique » et « ne référait pas aux musulmans en général ni aux associations (plaignantes) ou à leurs membres ». Le tribunal a rappelé « que des actes terroristes ont été commis au nom de l’islam, et qu’il n’est pas illégal que ces actes fassent l’objet d’une représentation satirique ». (belga/7sur7)

[Edition du 20 Juin] J »apprends que la police danoise vient d’arrêter deux Tunisiens qui avaient projetés d’étrangler l’un des caricaturistes :
lire sur Bivouac-ID et sur le Nouvel Obs.

Laisser un commentaire

 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement