La critique de la charia en question à l’ONU

Posté par Endy le 18 juin 2008

La charia en question à l’ONU

 

Source : AFP

Le droit de critiquer la charia et le sort des femmes dans les pays qui l’appliquent a été l’occasion d’une vive escarmouche entre pays musulmans et occidentaux devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU réuni à Genève. La passe d’armes s’est conclue hier soir par une déclaration du président du Conseil, l’ambassadeur roumain Doru Romulus Costea, qui a intimé l’ordre au représentant de deux ONG de s’abtenir de tout jugement de valeur sur une croyance ou une loi religieuse.

 

Les foudres de l’Egypte, du Pakistan et de l’Iran s’étaient auparavant abattues sur un orateur lisant une déclaration conjointe des ONG Association for World Education (AWE) et International Humanist and Ethical Union (IHEU) qui dénonçait la lapidation des femmes adultères et le mariage des filles dès l’âge de 9 ans, pratiqués dans les pays « qui appliquent la charia ».

 

L’orateur des ONG, M. David Littman, a été interrompu par plus d’une quinzaine d’interventions furibondes et le débat a dû être suspendu pendant plus d’une demi-heure.

 

« Le Conseil des droits de l’homme est tout à fait qualifié pour évoquer la liberté de religion et de conviction”, estimait-on mardi dans les milieux diplomatiques européens un peu interloqués.

La critique de la charia en question à l'ONU dans Auto-censure screwun7e69d

A quoi sert donc un conseil des Droits de l’Homme qui ne veut entendre la critique sur la lapidation et la pédophilie légalisée ? Il est pourtant à des années-lumières de légiférer sur ces questions…
Heureusement, il reste quelques diplomates pour s’offusquer de ce qu’un ambassadeur, président du-dit conseil, ne s’arroge le droit de faire taire les ONG.
D’un autre côté, et comme d’habitude, le tout se place dans un contexte de « liberté religieuse et de conviction » alors qu’il s’agit d’une LOI. Qu’elle soit religieuse, en espérant passer outre toutes les conventions pourtant signées par les pays régit par la charia, ne devrait rien changer à son ignominie mais c’est apparemment beaucoup demander aux représentants du Conseil et au peu de conviction qu’il leur reste. Car cet ordre fait directement suite
à une résolution initiée par l’Organisation de la conférence islamique (OCI) modifiant le mandat du Rapporteur spécial du même Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur la liberté d’expression et d’opinion.

Le rôle du Rapporteur spécial, censé promouvoir et protéger la liberté d’expression et d’opinion, a en effet été inversé à cette occasion. Son mandat consiste maintenant à traquer la diffamation des religions et à limiter la liberté d’expression et d’opinion ainsi que la liberté de la presse ! La résolution avait été adoptée par 32 voix pour (essentiellement les États islamiques, avec le soutien de la Chine, de Cuba et de la Russie, autrement dit des pays pour l’essentiel peu scrupuleux en matière de Droits de l’Homme…). Il n’y a eu aucune voix contre, et 15 abstentions !!! On croit rêver… (Lire à ce sujet : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=26393)
La veille, le Conseil avait adopté une résolution qui exhorte les États à adopter des lois qui protègent contre la haine et la discrimination résultant de la diffamation des religions.

CQFD : faites passer le pire des régimes ou la pire des législations pour une religion et l’O.N.U. se transforme en protecteur de la barbarie.

Il est plus que temps pour les islamolucides de sortir le débat sur l’islam du religieux pour le placer là où il agit : le politique.

Laisser un commentaire

 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement