Les tabous de l’esclavage

Posté par Endy le 26 juin 2008

Jeudi 3 Juillet, Arte rediffuse 2 reportages sur une page d’histoire largement dissimulée pour cause de « repentance » nationale. La vérité historique est beaucoup moins manichéenne, comme souvent.

L’histoire de l’esclavage ne se réduit pas à la traite transatlantique organisée par les Européens. La plupart des royaumes africains y ont participé, et la traite sur le continent noir comme en terre d’islam a été considérable. Aujourd’hui encore, le phénomène perdure en Mauritanie.

Pour compléter le tableau, il manque toutefois la traite des Européens par les Musulmans. Peu ragoutante, elle aussi, puisqu’elle met en cause encore une fois l’islam mais aussi les européens eux-mêmes. Car souvent, les peuples esclavagistes (en réalité la quasi totalité des civilisations humaines) trouvent des « complices » parmi les peuples esclaves. Dans la Rome antique, par exemple, les romains pouvaient se fournir en Gaulois chez des peuples celtes rivaux.

 

Chasseurs d’esclaves

Reportage de Sophie Jeaneau et Anna Kwak
ARTE France, France, 2008, 45mn
Rediffusion le 3 juillet à 10h00

 

Les tabous de l’esclavage dans Histoire 2081086,property=imageData
© Arte France

En Mauritanie, avec l’aide de militants abolitionnistes, un esclave évadé part à la recherche de sa soeur toujours en captivité, bravant l’ordre établi. Un document exceptionnel.
Mars 2008, à Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Bilal, un esclave évadé, porte plainte. Sa soeur est détenue par une famille maure depuis la naissance.
Elle a 40 ans. “Elle travaille jour et nuit, sans salaire”, dénonce-t-il. Et ses enfants sont le fruit des viols de son maître. Deux militants de l’association mauritanienne SOS Esclaves décident d’aider Bilal à libérer sa soeur, de gré
ou de force. Ils savent que la tâche ne sera pas facile. Issu d’un système traditionnel millénaire, l’esclavage mauritanien, qui n’a été officiellement mis hors la loi qu’en 2007, structure la société tout entière, souvent avec l’accord tacite des autorités. Une caravane se met en route à travers le désert, accompagnée par la caméra de Sophie Jeaneau et Anna Kwak. Un reportage exceptionnel sur le combat forcené des abolitionnistes d’aujourd’hui, décidés à éradiquer l’esclavage en terre africaine.


Les esclaves oubliés


Documentaire d’Antoine Vitkine
ARTE France, France, 2008, 45mn
Rediffusions le 3 juillet à 10h45 et le 18 Juillet à 11h05

 

2081084,property=imageData dans Histoire
© Arte France

L’histoire méconnue des traites négrières africaine et orientale, racontée par les meilleurs spécialistes de la question, notamment arabes et africains.
La traite transatlantique, organisée par les Européens, avec ses douze millions d’Africains déportés vers les Amériques en l’espace de deux siècles et demi, ne fut pas la seule.
Ce documentaire raconte l’histoire de la traite orientale et arabo-musulmane, au cours de laquelle dix-sept millions d’Africains ont été réduits en esclavage pendant quatorze siècles. Il s’intéresse également à une filière encore plus méconnue, la traite interne à l’Afrique noire, menée pendant des siècles par les royaumes africains. Il montre enfin que ces systèmes ont perduré dans le monde musulman et en Afrique noire jusqu’au milieu du XXe siècle. Comment étaient capturés ces esclaves ? Dans quelles conditions étaient-ils déportés ? À quoi étaient-ils employés ? Les spécialistes Salah Trabelsi, Ibrahima Thioub, Henri Medard ou Mohamed Ennaji répondent à ces questions. Les historiens tentent également d’analyser la raison pour laquelle cette réalité suscite des controverses toujours vives, aussi bien dans les mondes africain et musulman qu’en Occident.

Publié dans Histoire | Pas de Commentaire »

Rejet de la plainte contre les caricatures de Mahomet

Posté par Endy le 20 juin 2008

Enfin, une réaction intelligente en Europe. Un souffle d’air frais pour la liberté d’expression. En effet, le tribunal souligne a deux reprises que ce ne sont pas les musulmans qui étaient visés dans les caricatures danoises mais l’islam en tant qu’idéologie pouvant entrainer des actes terroristes.
Les associations se plaignaient qu’on établisse « un lien clair entre Mahomet et la guerre ». Voilà qui est curieux. L’hégire est l’année de référence pour les musulmans. Ce n’est pas l’année de naissance du prophète. Ce n’est pas non plus celle de son ascension. C’est celle où il est devenu chef militaire et politique. Le lien clair entre Mahomet et la guerre appartient en fait à la tradition islamique.

Rejet de la plainte contre les caricatures de Mahomet dans Lois et Institutions caricaturesLa justice danoise a rejeté jeudi la plainte de sept associations musulmanes au Danemark qui avaient intenté un procès à deux responsables du quotidien danois Jyllands-Posten pour leur publication en septembre 2005 de douze caricatures controversées de Mahomet.

Ces associations ont été déboutées par la Cour d’appel qui a confirmé le verdict d’octobre 2006 du tribunal d’Aarhus, siège du journal, selon un communiqué judiciaire. Les juges de la Cour d’appel ont estimé que ces dessins ne portaient pas atteinte à l’honneur des croyants et ne constituaient pas une expression de mépris envers les musulmans, comme l’affirmaient les associations plaignantes.

Celles-ci considéraient ces dessins comme « offensants et injurieux », car « représentant le prophète comme belliqueux et criminel, établissant un lien clair entre Mahomet, la guerre et le terrorisme ». L’une des douze caricatures, qui a fait scandale dans le monde musulman, montrait Mahomet la tête recouverte d’un turban en forme de bombe à la mèche allumée.

Le président du tribunal, Peter Lilholt, a souligné que la justice ne pouvait « restreindre la liberté d’expression », et qu’elle pouvait intervenir uniquement si, conformément à la Convention européenne des droits de l’homme, cette liberté d’expression portait atteinte à « la sécurité nationale, l’intégrité territoriale ou la sécurité publique » d’un Etat.

La cour a également estimé que le dessin du prophète enturbanné, était « de caractère satirique » et « ne référait pas aux musulmans en général ni aux associations (plaignantes) ou à leurs membres ». Le tribunal a rappelé « que des actes terroristes ont été commis au nom de l’islam, et qu’il n’est pas illégal que ces actes fassent l’objet d’une représentation satirique ». (belga/7sur7)

[Edition du 20 Juin] J »apprends que la police danoise vient d’arrêter deux Tunisiens qui avaient projetés d’étrangler l’un des caricaturistes :
lire sur Bivouac-ID et sur le Nouvel Obs.

Publié dans Lois et Institutions, Victimisation | Pas de Commentaire »

Un musulman converti au christianisme kidnappé

Posté par Endy le 19 juin 2008

Je reproduis un article de Portes Ouvertes tel quel. Portes Ouvertes est un site chrétien qui tâche de « faire en sorte que chaque chrétien qui est persécuté pour sa foi ne soit pas oublié ». Car il est peu connu que le christianisme est la religion la plus persécutée au monde. L’Eglise évalue à 170 000 le nombre de chrétiens qui meurent chaque année en raison de leur foi.

Bien entendu les régimes musulmans ne sont pas seuls en cause dans cette persécution. Le Laos, la Corée du Nord, la Chine sont souvent cités. Mais il est également bon de rappeler que l’apostasie peut être punie de mort en Islam.

Je pense que les musulmans vivant en France auront à coeur de comparer cette situation avec la leur.

 

Kidnappé trois jours après sa conversion

 

Au nord du Nigeria, il est de plus en plus courant que des chrétiens d’origine musulmane soient kidnappés. Le but : les faire revenir à l’islam. C’est ce qui est arrivé récemment à Sanusi.

 

Sanusi Ali est âgé de 21 ans et jusqu’en février dernier, il suivait tranquillement sa scolarité dans un pensionnat de l’Etat de Katsina au Nigeria. Sa mère est chrétienne, son père musulman et c’est certainement une des raisons qui l’ont poussé à faire une étude comparative de l’islam et du christianisme. Cette étude allait bouleverser sa vie, car Sanusi a alors décidé de devenir chrétien. Il s’y est engagé le 14 février devant un pasteur.

 

Dès lors, Sanusi ne s’est plus rendu à la mosquée, éveillant la curiosité de son oncle. Et lorsque celui-ci est venu lui poser quelques questions au sujet de son absence, Sanusi s’est ouvert à lui, lui expliquant sa conversion au christianisme. Sanusi ne se doutait pas que son oncle allait le dénoncer aux autorités locales. Il ne pensait pas non plus qu’il allait être expulsé de son école et arrêté par la police de la charia qui l’a emmené dans la ville de Kano, à 120 km de chez lui.

 

Ainsi, le 17 février 2008, trois jours après sa conversion au christianisme, Sanusi s’est retrouvé enchaîné dans une cellule sombre. Selon Kurma, sa mère, qui a été autorisée à le voir, le jeune homme a été torturé. Depuis, elle n’a plus aucune nouvelle de son fils. Les membres de l’assemblée jeûnent et prient pour lui.

 

L’Etat de Katsina fait partie des 12 Etats gouvernés par la charia au nord du Nigeria. Conformément à la loi islamique en vigueur, il est interdit pour les musulmans de quitter l’islam. Ceux qui s’y risquent s’exposent à l’enlèvement, la séquestration et la torture. Pourtant, des musulmans continuent à se convertir au christianisme dans cette région.


• Prions pour Ali, afin qu’il soit libéré.
• Prions pour la mère d’Ali, qui est sourde-muette et qui a dû fuir son foyer après avoir été violemment battue par son mari.
• Prions pour les chrétiens des 12 Etats du Nigeria ayant adopté la charia et remercions Dieu pour leur persévérance dans l’épreuve.



Cette information peut être reprise sous condition expresse de nommer la source : Portes Ouvertes France

Publié dans Reciprocite | Pas de Commentaire »

Piscine et gymnase : deux affaires de discrimination

Posté par Endy le 19 juin 2008

Encore et toujours la France se bat contre un ennemi qu’elle ne veut pas voir. On parle ici de « communautés », comme si les Chinois avaient des demandes de cet ordre, on parle de « laïcité » et de « religion » alors que nous avons affaire au sectarisme.
Quand allons-nous comprendre la différence réelle entre religion et secte ?  Est-ce une liberté de laisser des personnes en obliger d’autres à porter un signe disctinctif ou à agir comme ils le dictent ?
Et pourquoi diable prenons nous des gants ou devons-nous débattre ?

Oui, nous avons le devoir de mettre les Musulmans face à leur responsabilité quant à leurs pratiques contraires à l’éthique républicaine. Non, la discrimination, d’où qu’elle vienne, n’est pas une liberté.

Nos lois sont basées sur une certaine éthique, la loi musulmane sur une autre, cela devrait être évident pour tous. Si l’on veut vivre ensemble, quelles pratiques sommes-nous censés accepter ? Mais, en réalité, le débat ne devrait pas avoir lieu chez nos politiciens car la question devrait plutôt se poser ainsi : Les Musulmans sont-ils prêts oui ou non à accepter les lois de la France ?

Piscine et gymnase : deux affaires de discrimination  dans Laicite contre Theocratie voilerepublique

Laïcité: deux affaires relancent la polémique

 

Laure Daussy pour Le Figaro avec Le Parisien et AFP

Une piscine réservée aux femmes à certaines heures en Isère, un gymnase interdit aux hommes pour un tournoi dans l’Essonne… Certaines communes sont embarrassées par des demandes communautaires.

«Entrée du gymnase réservé aux femmes exclusivement». C’était écrit noir sur blanc sur l’affiche. Il s’agissait d’un tournoi de basket féminin intermosquées, prévu dimanche 29 juin au gymnase municipal de Vigneux, et interdit aux hommes, rapporte Le Parisien. La municipalité a finalement annulé mercredi soir la manifestation devant la polémique naissante.

 

« Je ne savais pas que c’était inter-mosquées et que les hommes étaient interdits d’accès s’est expliqué le maire UMP Serge Poinsot.

« Dès que j’ai su que c’était discriminatoire, j’ai interdit le prêt du gymnase. Je respecte les lois de la République ». L’opposition s’est dite « scandalisée ». « Prêter un équipement municipal pour un événement culturel avec un accès discriminant, c’est tout simplement contraire à la laïcité de l’Etat » s’est insurgé Patrice Finel, le chef de file de l’opposition.

 

Autre lieu, même polémique. Lundi dernier, dans l’Isère, à la Verpillière, la piscine municipale a été ouverte tout spécialement pour une cinquantaine de femmes et uniquement pour elles, dans un créneau de deux heures, sous la surveillance de maîtres nageurs femmes. «Une cinquantaine de nageuses de tous âges et de toutes nationalités confondues, toutes en maillot de bain, sans signe distinctif de religion, ont pu se baigner. Pour moi il s’agit d’un processus d’intégration » (l’intégration ? sans signe religieux et sans distinction de nationalités suffisent-ils à rendre cette mesure louable ? Non, elle est discriminante donc contraire à l’éthique et contraire à nos lois. Est-ce cela l’intégration ?) s’est défendu le maire Patrick Margier (Sans étiquette). Il a précisé par ailleurs que cette première séance était seulement un test, organisé par le centre social de la commune.

 

Mais la polémique fait rage. Un conseiller municipal d’opposition, ex-conseiller aux sports dans la municipalité (UMP) précédente, a dénoncé, dans le quotidien le Dauphiné libéré de mercredi, l’occupation d’un lieu laïc à des fins à tendances religieuses. «Quand nous étions à la mairie, nous avions reçu des demandes dans ce sens émanant de la communauté turque. Demandes auxquelles nous n’avions pas donné suite car la piscine est un bâtiment public, ouvert à tout le monde», a déclaré l’élu. L’affaire doit être débattue lors du prochain conseil municipal, le 26 juin.

Publié dans Laicite contre Theocratie, Lois et Institutions | Pas de Commentaire »

La critique de la charia en question à l’ONU

Posté par Endy le 18 juin 2008

La charia en question à l’ONU

 

Source : AFP

Le droit de critiquer la charia et le sort des femmes dans les pays qui l’appliquent a été l’occasion d’une vive escarmouche entre pays musulmans et occidentaux devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU réuni à Genève. La passe d’armes s’est conclue hier soir par une déclaration du président du Conseil, l’ambassadeur roumain Doru Romulus Costea, qui a intimé l’ordre au représentant de deux ONG de s’abtenir de tout jugement de valeur sur une croyance ou une loi religieuse.

 

Les foudres de l’Egypte, du Pakistan et de l’Iran s’étaient auparavant abattues sur un orateur lisant une déclaration conjointe des ONG Association for World Education (AWE) et International Humanist and Ethical Union (IHEU) qui dénonçait la lapidation des femmes adultères et le mariage des filles dès l’âge de 9 ans, pratiqués dans les pays « qui appliquent la charia ».

 

L’orateur des ONG, M. David Littman, a été interrompu par plus d’une quinzaine d’interventions furibondes et le débat a dû être suspendu pendant plus d’une demi-heure.

 

« Le Conseil des droits de l’homme est tout à fait qualifié pour évoquer la liberté de religion et de conviction”, estimait-on mardi dans les milieux diplomatiques européens un peu interloqués.

La critique de la charia en question à l'ONU dans Auto-censure screwun7e69d

A quoi sert donc un conseil des Droits de l’Homme qui ne veut entendre la critique sur la lapidation et la pédophilie légalisée ? Il est pourtant à des années-lumières de légiférer sur ces questions…
Heureusement, il reste quelques diplomates pour s’offusquer de ce qu’un ambassadeur, président du-dit conseil, ne s’arroge le droit de faire taire les ONG.
D’un autre côté, et comme d’habitude, le tout se place dans un contexte de « liberté religieuse et de conviction » alors qu’il s’agit d’une LOI. Qu’elle soit religieuse, en espérant passer outre toutes les conventions pourtant signées par les pays régit par la charia, ne devrait rien changer à son ignominie mais c’est apparemment beaucoup demander aux représentants du Conseil et au peu de conviction qu’il leur reste. Car cet ordre fait directement suite
à une résolution initiée par l’Organisation de la conférence islamique (OCI) modifiant le mandat du Rapporteur spécial du même Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur la liberté d’expression et d’opinion.

Le rôle du Rapporteur spécial, censé promouvoir et protéger la liberté d’expression et d’opinion, a en effet été inversé à cette occasion. Son mandat consiste maintenant à traquer la diffamation des religions et à limiter la liberté d’expression et d’opinion ainsi que la liberté de la presse ! La résolution avait été adoptée par 32 voix pour (essentiellement les États islamiques, avec le soutien de la Chine, de Cuba et de la Russie, autrement dit des pays pour l’essentiel peu scrupuleux en matière de Droits de l’Homme…). Il n’y a eu aucune voix contre, et 15 abstentions !!! On croit rêver… (Lire à ce sujet : http://www.rsf.org/article.php3?id_article=26393)
La veille, le Conseil avait adopté une résolution qui exhorte les États à adopter des lois qui protègent contre la haine et la discrimination résultant de la diffamation des religions.

CQFD : faites passer le pire des régimes ou la pire des législations pour une religion et l’O.N.U. se transforme en protecteur de la barbarie.

Il est plus que temps pour les islamolucides de sortir le débat sur l’islam du religieux pour le placer là où il agit : le politique.

Publié dans Auto-censure, Lois et Institutions | Pas de Commentaire »

Accouchement : un mari musulman condamné

Posté par Endy le 17 juin 2008

Il avait refusé l’intervention de médecins hommes au cours de l’accouchement difficile de sa femme. Il devra verser 1 000 euros de frais de justice.

Ce soir de novembre 1998, l’accouchement tourne mal à l’hôpital de Bourg-en-Bresse. La sage-femme tente d’appeler l’interne de garde. Mais le mari, musulman, refuse qu’un homme touche sa femme. Durant trente minutes, il s’oppose physiquement à l’intervention du médecin, avant de céder. Mais il n’est plus alors temps «de réaliser des examens qui auraient prévenu de graves complications neurologiques», stipule l’arrêt de la cour administrative d’appel de Lyon qui a rejeté mardi la plainte de la famille réclamant des dommages car l’enfant est handicapé.

Un enfant handicapé à 100%

Les époux exigeaient «une indemnité provisionnelle de 100 000 euros et, à titre personnel, une somme de 10 000 euros». Le père devra finalement payer 1 000 euros de frais de justice. «L’état de l’enfant est totalement imputable à l’attitude de M. Radouane Ijjou», a estimé la cour. Né le 8 novembre 1998, le petit Mohammed est handicapé à 100 % à la suite de complications neurologiques lors de sa naissance. «Lorsque vers 10 h 10, M. Ijjou ne s’est plus opposé à l’intervention des médecins masculins, il était trop tard pour commencer une césarienne et l’extraction de l’enfant a dû être effectuée par application de forceps», souligne la cour. «La décision est très dure, on dit à l’enfant qu’il n’a qu’à s’en prendre à ses parents», a regretté son avocat Me Isabelle Damiano, dont le client refuse l’étiquette «de fondamentaliste».

Longtemps gardées secrètes, ces pressions islamistes sont apparues au grand jour en 2003, devant la commission Stasi sur la laïcité. Des obstétriciens avaient révélé comment certains musulmans imposaient une véritable ségrégation sexuelle, parfois très violemment. «Moins le niveau social est élevé, plus les musulmanes exigent d’être examinées par une femme. Le plus souvent, le mari parle pour elle et expose ses conditions», expliquait le professeur Daniel Raudrant, de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu à Lyon.

Que voici un bel exemple de victimisation. Même les Témoins de Jéhova, autre secte coutumière d’altercations mais concernant les transfusions sanguines, ne se portent pas devant la justice lorsque leur foi les contraint à l’irréparable. Au moins, ils assument. Les musulmans, non. Ils te font une belle connerie, aveugles qu’ils sont, et ensuite viennent se plaindre !

On nous informe ensuite que des « pressions islamistes » auraient été « longtemps gardées secrètes » … Secrètes pour les politiques. Des infirmiers, des policiers, des bloggeurs alertent le public et le pouvoir depuis longtemps.

Une série d’agressions de médecins a finalement conduit les hôpitaux à réagir. Une charte rappelle maintenant que l’on ne peut choisir son praticien en cas d’urgence. L’association des médecins musulmans français rappelle qu’«une soignante peut porter secours à un homme et vice versa, mais il est obligatoire qu’il y ait présence d’une tierce personne au moment de l’examen médical afin que les deux sexes opposés ne se trouvent pas en tête à tête sauf s’il y a urgence». La décision de la cour administrative de Lyon vient renforcer ces règles. «La situation se clarifie peu à peu», estime-t-on dans la vaste maternité de Gonesse (Val-d’Oise). Même si «chaque génération d’immigrés demande de reprendre la pédagogie».

Tout est bien qui finit bien… Une association de musulmans vient dicter de nouvelles « règles » afin d’appliquer la charia lorsqu’il y a urgence. La raison ? « éviter que deux personnes de sexes opposés ne se trouvent en tête à tête ». Il est vrai que l’hopital est un haut lieu de rencontres grivoises. C’est bien connu. Heureusement, la « situation se clarifie peu à peu ». Effectivement,chaque jour qui passe voit notre pays baisser un peu plus la tête devant l’innommable. Je me demande quelle « pédagogie » la prochaine génération d’immigrés trouvera encore en France ?
Et quand bien même, faut-il encore amalgamer les immigrés et les musulmans dans cette histoire ? Pour moi, il s’agit d’islam et de rien d’autre.

Cette affaire date de 1998 mais il y en a eu d’autres entre temps. Le Collège national des gynécologues et obstétriciens français (CNGOF), qui représente 2500 gynécologues, a dénombré 26 cas d’agressions, physiques ou verbales parmi ses adhérents (exemple : http://tf1.lci.fr)

 

Publié dans l'islam par les musulmans, Victimisation | Pas de Commentaire »

Un laïc musulman agressé en plein Paris

Posté par Endy le 17 juin 2008

Mohamed Sifaoui, journaliste algérien, menacé par les islamistes et par le pouvoir militaire d’Algérie, est réfugié politique en France depuis 1999. Il a réalisé plusieurs enquêtes et reportages sur des sujets liés au terrorisme et à l’islamisme. Son enquête la plus remarquée fut Mes frères assassins, une infiltration dans une cellule terroriste à Paris, ce qui lui a valu plusieurs menaces de mort. Depuis il vit sous la protection des renseignements généraux.
Cette protection, l’Etat français a cru bon de lui enlever dernièrement et ce qui devait arriver arriva :

C’était prévisible : J’ai été ce vendredi 13 juin victime d’une violente agression dans le 11e arrondissement de Paris. La haine, l’intolérance et la bêtise, je le savais, circulent librement dans les rues de l’Hexagone. Ce sont les écrivains, les journalistes, les femmes et les hommes qui vomissent l’intégrisme qui doivent faire profil bas. Ceux-là doivent raser les murs, s’excuser presque d’oser penser ce qu’ils pensent, ceux-là doivent courber l’échine devant l’infâme, s’interdire des territoires, éviter des quartiers, fermer leurs volets quand ils regagnent leur domicile. Ceux-là doivent se faire tout petits, ils ne doivent pas exister, ils peuvent même mourir.

Un temps, j’ai refusé de tomber dans ce piège. Pensant qu’on pouvait défier l’islamisme et titiller les assassins et les tueurs abreuvés à l’idéologie islamo-fascistes. Attablé à la terrasse d’un café entrain de m’entretenir avec un ami avec lequel j’avais rendez-vous, je fus pris à partie d’abord verbalement, ensuite physiquement, et, naturellement, par surprise, par un fanatique, frère de deux membres du GSPC algérien dont l’un purge une peine de prison en France pour « association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste ».

Je suis certainement fautif. J’avais oublié qu’il ne fallait surtout pas accepter à rendez-vous au 133 rue Oberkampf dans le 11e arrondissement de la capitale. C’était à deux pas de la mosquée de la rue Jean-Pierre Timbaud, celle-là même qui abrite les fanatiques de tous poils depuis déjà une vingtaine d’années. Celle-là même qui avait été fréquenté par Ali Saleh le tueur intégriste des années 1980, celle-là même qui accueillera les émules du GIA dans les années 1990, celle-là qui laissera se propager, dans son sein, l’idéologie de Ben Laden dans les années 2000 et celle-là même, enfin, qui a fait l’objet, entre 2002 et 2003, d’une de mes enquêtes sur des membres du GSPC algérien, rebaptisé depuis Al-Qaida au pays du Maghreb islamique.

Outre la question de sa protection, le mystère du « qui » et du « pourquoi » de son agression fut vite résolu, puisque dès le lendemain :

A la suite de l’agression dont j’ai été victime le 13 juin dernier, j’ai décidé de porter plainte auprès du commissariat du 11e arrondissement pour violences volontaires, injures et. menaces de mort. Le Parquet antiterroriste a alors chargé, la Brigade criminelle de poursuivre l’enquête. Hier, samedi 14 juin, mon agresseur a été formellement identifié sur photos aussi bien par le témoin de l’agression que par moi même lors de nos auditions dans les locaux de la section antiterroriste rattachée à la Brigade criminelle.
Afin de laisser la justice faire son travail sereinement, je ne donnerai pas l’identité de l’agresseur mais je dirais simplement qu’il s’agit du frère de deux islamistes notoirement connus par les services français. L’un d’eux purge une peine de prison en France pour activités terroristes et le second, un activiste du GSPC, a été expulsé vers l’Algérie.
J’ai expliqué aux enquêteurs sur Procès Verbal que je comptais faire aboutir cette affaire devant les tribunaux afin que ce genre d’individus soient punis dans le cadre des lois de la République. En somme, je ne lâcherai pas l’affaire comme je ne cesserai de dénoncer les tenants de la haine et de l’obscurantisme, les derviche-tourneurs de l’islam et les fanatiques de tous poils tant dans mes travaux journalistiques que dans mon engagement de citoyen.
Etant donné que la politique du gouvernement actuel vise à mettre la victime au centre des décisions judiciaires (dixit Rachida Dati et Nicolas Sarkozy), je compte bien faire valoir mes droits de victime de l’infâmie.
Par ailleurs, j’ai demandé à mon avocat de saisir officiellement, dès le 16 juin, le Ministère de l’Intérieur afin que ma protection soit assurée d’une manière ou d’une autre. Si l’Etat ne veut pas assumer ses responsabilités, ce sera une autre question.

Je souhaite vivement que cette agression soit la dernière et que toutes les personnes qui crient à « l’islamophobie » ou au « racisme » à la moindre critique de l’islam trouvent ici un exemple édifiant de ce qu’est la virulence des islamistes. Je le répète encore une fois dans la critique de l’islam il n’y a rien de raciste (les musulmans sont, comme les chrétiens, de toutes ethnies) et l’islamophobie un terme inventé par la théocratie iranienne qui n’a aucun pied dans la réalité si ce n’est la volonté de couper l’herbe sous le pied à toute critique. Monsieur Sifaoui ne peut être accusé comme Redeker des mêmes maux de part son origine. Mais qu’à cela ne tienne ! Je n’ai pas vu une ligne concernant cette agression dans la presse (et du coup je classe cet article dans « Auto-censure »).
La légèreté avec laquelle l’Etat traite un réfugié est tout aussi édifiant : Les remous suscités par l’affaire du mariage annulé et l’absence de réponse à tous les problèmes provoqués par la politisation de l’islam en France sont symptomatiques d’un pays voire d’un continent qui n’ose faire valoir ses droits face à l’obscurantisme.

Soutenons Mohamed Sifaoui : http://www.mohamed-sifaoui.com

Publié dans Auto-censure, l'islam par ses apostats | Pas de Commentaire »

le Coran arabe-français par ordre chronologique

Posté par Endy le 3 juin 2008

Un chercheur lausannois révèle à travers un livre majeur des aspects souvent méconnus du texte sacré des musulmans.

 

le Coran arabe-français par ordre chronologique dans Generalites photo_sami_aldeeb_12_mai_2008 

Sami Aldeeb, chrétien d’origine palestinienne et de nationalité suisse, chercheur responsable du droit arabo-musulman à l’Institut suisse de droit comparé à Lausanne, a publié aux Editions de l’Aire, en Avril, le Coran arabe-français par ordre chronologique (versets classés dans l’ordre chronologique où ils ont été révélés).

Extraits de l’interview parue sur Le Nouvelliste On Line

 

Pourquoi un Coran chronologique?

Les versets du Coran ne sont pas classés selon l’ordre chronologique de leur révélation, ce qui rend sa lecture difficile.

En résumé, selon la tradition, quinze à vingt ans déjà après la mort de Mahomet, le Califat a ordonnancé les chapitres et versets du Coran. On a alors placé au début du livre les chapitres les plus longs alors qu’ils ont été révélés plus tard (de 622 à 632 après J.-C. dans notre calendrier), durant la période de Médine où Mahomet était devenu également un chef d’Etat.

Cela explique que ces chapitres contiennent surtout des normes légales. Les versets y sont plus sévères car ils règlent les guerres, la société, etc.

Par contre, les chapitres suivants du Coran correspondent à la première période de Mahomet prophète (À La Mecque, révélation de 610 à 622).

Ces chapitres sont plus poétiques et moralisateurs. Bref, selon la chronologie, on lit actuellement le Coran à l’envers ce qui le rend peu compréhensible au profane.

J’ai remis cela à l’endroit en me servant des indications de l’Université al-Azhar, au Caire, qui fait autorité dans l’islam sunnite.

Quel est l’intérêt de cet ordre chronologique?

L’on voit ainsi comment s’est développée la révélation, comment elle a évolué de la partie prophétique et poétique à la partie plus légaliste. Il y a d’ailleurs un courant de l’islam – qui n’est certes pas admis dans les universités du monde musulman mais qui se fait entendre sur l’internet notamment – qui préconise de s’en tenir surtout à la première partie du Coran, moins violente et plus prophétique. Cela permettrait de replacer les normes islamiques dans leur contexte historico-culturel et de réinterpréter le Coran pour n’en appliquer que les principes moraux et universels.

La plupart des intellectuels libéraux musulmans se relient à ce courant appelé «coraniste» qui consiste à revenir à un islam «pur». Pour l’instant, ils ne peuvent s’exprimer vraiment publiquement qu’en Europe.

Mais il y aussi à côté du Coran, les hadiths, ces faits et gestes de Mahomet qui sont contenus dans d’innombrables recueils formant la Sunnah, la tradition…

Oui, et ils influencent beaucoup la charia ou droit musulman dont ils sont la deuxième source. La lapidation des femmes adultères ou la mise à mort des apostats par exemple se trouvent dans les hadiths et pas dans le Coran.

Un autre courant coraniste, lui aussi rejeté par l’islam officiel, propose d’enlever de la Charia tout ce qui n’est pas dans le Coran.

En fait, en éditant votre Coran traduit et annoté, vous n’aviez pas seulement en tête d’en faciliter la lecture…

Oui, le but est aussi de fournir aux chercheurs et aux étudiants musulmans un outil polyvalent, pratique et respectueux de leur tradition pour les aider à lire correctement le Coran et à développer leur esprit critique. Auparavant cet instrument n’existait pas. C’est maintenant aux musulmans de construire leur réflexion sur ces bases objectives.

Site de Sami Aldeeb : http://www.sami-aldeeb.com

 

 

Publié dans Generalites, Reformistes | 1 Commentaire »

Le parti islamiste turque interdit ?

Posté par Endy le 3 juin 2008

Pas convaincu par la défense de l’AKP, le Haut Procureur soutient sa thèse de dissoudre le parti au pouvoir.

 

Le parti islamiste turque interdit ? dans Laicite contre Theocratie 3695

Après son examen de la réponse écrite de l’AKP à l’acte d’accusation initial, le procureur général Abdurrahman Yalcinkaya a présenté le 30 Mai son rapport d’évaluation au président de la Cour constitutionnelle dans laquelle il a réitéré sa demande de fermer l’AKP.

Le président du tribunal de grande instance a ensuite envoyé une copie du rapport du procureur à l’AKP, qui auront un mois pour préparer leur défense devant le tribunal. L’AKP et le procureur présenteront alors leur points de vue devant les 11 juges qui se prononceront sur l’affaire.

Source: Milliyet, Turquie, Mai 30, 2008

 

Une affaire à suivre de très près tant les répercussions seront évidemment nombreuses. 

Publié dans Laicite contre Theocratie | Pas de Commentaire »

Un critique du coran devrait être exécuté en Iran

Posté par Endy le 3 juin 2008

Ce message provient d’une ex-iranienne musulmane :

Un autre penseur libre doit être exécuté en Iran dans les prochains jours


C’est avec grand regret que j’informe tous les peuples épris de liberté que le régime terroriste des mollahs est sur le point d’exécuter l’un des meilleurs penseurs Iraniens, un vrai patriote, érudit et historien.

 

M. Foroud Fouladvand est un monarchiste, historien de l’Iran et de l’islam.

 

Un rapport iranien envoyé au bureau de M. Fouladvand à Londres donne à penser que M. Fouladvand et deux de ses compatriotes vont être exécutées le samedi 31 Mai 2008 ou peut-être même plus tôt.
Les deux autres personnes à être exécuté aux côtés de M. Fouladvand sont Nazem Schmidtt, une Iranienne citoyenne américaine et M. Alexander Valizadeh, une Iranienne / citoyenne allemande.

 

Le Docteur Fouladvand, citoyen britannique, était connu dans toute la communauté iranienne pour sa critique ouverte de l’Islam et de la tyrannie des mollahs.

 

Il a notamment ouvertement contesté le Coran et le régime des mollahs dans des émissions de télévision quotidiennes aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Iran. En Mars 2006, environ 65 de ses partisans ont refusé de quitter un avion Lufthansa pour protester contre la politique d’apaisement de l’Union européenne envers le régime des mollahs.

 

Le Dr Fouladvand a été amené à croire par un agent des mollahs se présentant comme un militant monarchiste Irannien qu’il y avait de nombreux patriotes iraniens en Iran qui croit en lui, et qu’une réunion avec eux serait utile pour l’organisation d’une résistance en Iran. En Octobre 2006, M. Fouladvand et un certain nombre de ses amis, y compris l’agent du régime, ont quittés Londres pour la frontière turquo-iranienne. Les dernières nouvelles de M. Fouladvand ont été donné en Janvier 2007, date à laquelle il devait rencontrer les soi-disant militants iraniens dans la province kurde de Hakkary en Iraq.

 

En Janvier 2007, les agents secrets des mollahs et la police ont arrêtés illégalement ces trois personnes en Iran, où ils ont été emprisonnés et soumis à la torture.

 

S’il vous plaît communiquez avec toute personne que vous pouvez. Alertez vos gouvernements, la presse, Amnesty International et l’organisations des droits de l’homme de votre pays.

 

source : JihadWatch

Publié dans Actions | Pas de Commentaire »

 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement