Elle n’était pas vierge, son mariage a été annulé

Posté par Endy le 30 mai 2008

L’article, ci-dessous, du site d’Europe 1 est doublement remarquable :
D’une part, parce qu’il présente une décision de justice complètement corrompue (entendez par là : altérée, dénaturée).
D’autre part, parce que l’article lui-même, nous gratifie d’un ensemble de termes et tournures politiquement correct justifiant le jugement.

Une décision rarissime vient d’être rendue par le tribunal de grande instance de Lille : il a annulé un mariage entre deux jeunes musulmans. La raison : la mariée n’était pas vierge. Le mari estime avoir été trompé, la justice lui a donné raison.

Parce qu’elle n’était pas vierge, son mariage a été annulé. C’est le tribunal de grande instance de Lille qui vient de rendre cette décision. Rarissime. Quand ils se rencontrent, lui, est ingénieur, et a la trentaine. Elle, est étudiante. Tous deux sont de confession musulmane. Vraiment amoureux, ils décident de se marier. Mais le soir de la nuit de noces, le mari découvre que son épouse a menti : elle n’était pas vierge. Contrairement à ce qu’elle avait affirmé. Une tromperie, estime-t-il. Scandale dans la famille. Le mariage doit être annulé. Dès le lendemain, il entreprend toutes les démarches.

 

La justice lui a donné raison. La jeune femme a rapidement reconnu qu’elle n’était pas vierge. Les juges ont ainsi estimé que le mari avait bien été trompé sur la chasteté de son épouse, considérée en l’occurrence comme « une qualité essentielle« . Ils se sont référés à l’article 180 du code civil, qui permet d’annuler une union, lorsqu’il y a erreur sur une « qualité ». Article déjà retenu dans des précédents jugements. Comme par exemple lorsque l’époux découvre que son conjoint s’est prostitué ou qu’il a caché une maladie mentale.

 

Caroline Moisson pour Europe1

Tout d’abord, on nous présente des époux bien sous tout rapport, en ommettant de spécifier l’âge de la jeune fille qui aurait pu choquer. Car, si jamais on se mettait à douter de la chose, on prend la peine de spécifier qu’ils sont « vraiment amoureux ». Puis, on nous promet « un scandale dans la famille » ! Et là on atteint des sommets dans la connerie. Le scandale dans la famille du marié aurait pu être évité, il suffisait pour lui qu’il la boucle. Après tout, c’est une affaire de couple. Par contre, en portant l’affaire devant un tribunal, le « scandale » éclate au grand jour et qui va s’en prendre plein la tronche ? La jeune fille bien sur. Je trouve hallucinant que ni le tribunal ni la journaliste n’aient prété attention à ce « détail »…

Enfin, on nous jette en pature pour appuyer le fait que tout cela est légal, un article du Code Pénal sur l’annulation du mariage. Mais que vaut-il ? Pour Me Labbée, l’avocat du mari, la question de la religion n’est « pas essentielle » mais, « C’est la question d’une qualité qui a été dissimulée ». La chasteté est donc une qualité essentielle en France ? non, maître, la chasteté est une qualité essentielle pour le mariage musulman, c’est une qualité essentielle pour la charia pas pour la justice Française.
Une décision « rarissime » précise l’article. Oui, l’annulation est rare mais pour cette raison c’est la première fois.
Rappelons pour mémoire que l’annulation de mariage a été adoptée pour éviter le divorce, interdit chez les Catholiques. Or ici, la décision s’apparente plus à la répudiation. La charia vient donc d’entrer dans la justice Française.

Elle n'était pas vierge, son mariage a été annulé dans Auto-censure commentdirenon

L’AFP est beaucoup plus pragmatique :

La justice française a annulé un mariage au motif que l’épouse, de religion musulmane comme son mari, avait menti sur sa virginité, a-t-on appris aujourd’hui auprès de l’avocat du mari, Me Xavier Labbée.

 

L’union a été annulée « pour erreur sur les qualités essentielles du conjoint » par un jugement du tribunal de Lille (nord) rendu en avril. Alors que sa fiancée lui avait affirmé qu’elle était chaste, une valeur essentielle pour lui, l’homme avait découvert le soir de leurs noces, le 8 juillet 2006, qu’elle ne l’était pas.

L’avocat a justifié sa décision de recourir à une procédure d’annulation, qui revient à considérer que le mariage n’a jamais eu lieu, plutôt qu’à une procédure plus courante de divorce. « Le divorce sanctionne un manquement aux obligations issues du mariage (…) Ici, il y a un vice dès le départ », a-t-il expliqué.

Le tribunal a estimé que l’époux avait conclu cette union « sous l’empire d’une erreur objective » et qu’ »une telle erreur était déterminante dans son consentement », selon le jugement publié dans la revue juridique le « Recueil Dalloz ».

Source : AFP


Pour terminer cette triste histoire, voici la reproduction d’une déclaration pleine de bon sens
d’Elisabeth Badinter sur France Inter, . Appliquer ce même bon sens pour les apostats serait également un pas en avant. Mme Badinter insiste sur le sort réservé à la jeune fille après ce scandale. La justice aurait du la protéger et avec elle les jeunes filles musulmanes, plutôt que de s’abaisser à suivre le délire d’un homme blessé dans son orgueil de macho.

« Je suis ulcérée par la décision du tribunal d’accepter de juger ça parce que la sexualité des femmes est une affaire privée et libre en France, absolument libre », a déclaré Mme Badinter sur France Inter.


« Très inquiète » de ce jugement annulant un mariage « parce que la jeune femme n’est pas vierge et a menti sur sa virginité », Mme Badinter estime que « ça aboutit tout simplement à faire courir nombre de jeunes filles musulmanes dans les hôpitaux pour se faire refaire l’hymen. Et par conséquent au lieu pour un tribunal de défendre les femmes, de défendre ces jeunes femmes, au contraire il accentue la pression sur elles ».

 

 

« Et je vous dis franchement, je pense à cette malheureuse jeune fille, humiliée, publiquement humiliée, revenant dans sa famille, ce qu’elle a dû vivre a dû être épouvantable. J’ai honte que la justice française n’ait pas pris a coeur de défendre toutes ces jeunes filles« , a-t-elle conclu.

2 Réponses à “Elle n’était pas vierge, son mariage a été annulé”

  1. mine dit :

    Je vous demanderai donc de ne pas publier mon précédent post : il n’y a pas lieu pour moi de faire l’amalgame de cette déplorable décision avec quelque croyance ou religion.
    C’est juste l’histoire d’une posture technique qui broie les droits des femmes.
    C’est juste une triste ritournelle, selon laquelle les femmes restent d’éternelles assujetties, y compris dans leur intimité. C’est pour moi l’histoire universelle d’une atteinte à la dignité. Elle dépasse les questions de croyance et de tradition. Merci donc.

  2. Endy dit :

    Pour moi l’amalgame dont parle Mine a été fait par le couple et non par les commentateurs. L’amalgame est de détourner la loi à la seule fin de sortir d’un scandale par rapport à leur religion.

    Par rapport, à mon post, je tiens à ajouter ceci :
    Que le mariage soit annulé c’est bien mieux pour la jeune fille.
    La justice aurait du par contre réagir vivement à l’encontre du jeune homme.

Laisser un commentaire

 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement