L’Ouzbékistan et la liberté religieuse

Posté par Endy le 29 mai 2008

« Les missionnaires chrétiens sont aussi dangereux que les terroristes ou les trafiquants de drogue »

Cette phrase de Jasur Najmiddinov, un théologien de l’Université Islamique d’Ouzbékistan, en dit long sur les musulmans Ouzbeks mais ne croyez pas que le gouvernement, même s’il est musulman lui aussi, soit plus tendre avec ses « ouailles » : des associations de défense des droits de l’homme accusent le gouvernement d’emprisonner des centaines de musulmans et de les traiter d’extrémistes simplement parce qu’ils pratiquent leur foi en dehors des lieux de culte dument approuvés par lui. Cette situation où le gouvernement s’en prend à la fois aux minorités religieuses et aux musulmans eux-mêmes n’est pas inédite et elle pend au nez de nombreux pays musulmans « laïques ». La loi Ouzbek interdit ainsi le prosélytisme, la publication de littérature religieuse non approuvée par ses soins et les groupes religieux non-déclarés.

La récente diffusion d’un « documentaire » réalisé par la télévision d’état a alerté les associations de défense des libertés religieuses. Intitulé « In the Clutches of Ignorance » (Dans l’Emprise des Ténèbres), il condamne des groupes tels que les Témoins de Jéhovah, l’Église chrétienne évangélique, et Blagodat (Grace) .
Le documentaire se basent sur les témoignages d’Ouzbek religieux « officiels », d’experts politiques, de fonctionnaires de l’Etat et de représentants des églises catholiques et orthodoxes en Ouzbékistan
. Tous critiquent les missionnaires.

Jasur Najmiddinov accusent les activités des missionnaires chrétiens, en particulier des groupes protestants, de devenir un « outil politique » . Dans une interview à Radio Free Europe, Najmiddinov a déclaré plus tard que les mouvements des missionnaires chrétiens sont une « menace cachée de la société ouzbèke» et que leurs activités sont « aussi dangereuses que les activités terroristes ou le commerce des drogues illicites. »

Le théologien ouzbek a ajouté: «Les activités des missionnaires ici peuvent conduire à des perturbations dans notre société. Si un membre d’une famille ouzbek – notre famille ou un membre de notre famille – change de religion, la famille ne pourrait pas le tolérer. »

Il a déclaré qu’un chrétien converti ouzbek, après avoir trahi sa foi islamique, pourraient facilement trahir son pays.

Les défenseurs de la liberté religieuse, comme le groupe Forum 18, notent qu’il y a eu une augmentation constante de la répression contre les communautés religieuses en Ouzbékistan, y compris des raids par la police sur des maisons privées, des détentions de croyants convertis, et des expulsions d’étrangers impliqués dans des activités religieuses.

Selon Forum 18, une jeune femme témoin de Jéhovah a été arrêté et agressé physiquement par un agent de la police après un raid sur une maison privée dans la ville de Samarkand, en Mars. Dans une autre descente de police à Samarkand le 3 avril, les forces de sécurité ont arrétées un convertit chrétien, Bobur Aslamov. Il est toujours manquant. Forum 18 dit aussi que plusieurs autres membres de l’église protestante ont été battus au cours de l’opération et que la police a saisi de la littérature chrétienne ainsi qu’un ordinateur portable.

L’islam, mais seulement l’islam du gouvernement

La défenseurs de la liberté religieuse qui critiquent le gouvernement ouzbek disent également que la communauté musulmane est plus étroitement contrôlé que tout autre groupe religieux dans le pays. Des centaines de musulmans ordinaires ouzbek seraient mis derrière les barreaux sans autre raison que la pratique de leur religion.

Obidkhon Nazarov Qori, un éminent imam ouzbek, accuse le gouvernement ouzbek de pression sur les musulmans pour aliéner de nombreux Ouzbeks de leur foi vieille de plusieurs siècles.

 » Le gouvernement ne laisse pas les musulmans tranquilles », dit Nazarov. « Les gens sont licenciés de leur travail ou expulsés des universités pour avoir simplement une barbe ou un foulard. Certaines personnes sont même envoyé en prison. Les gens ont peur de suivre la plupart des exigences de la foi islamique. Par exemple, les parents ne permettent pas à leurs enfants de prier ou d’aller à la mosquée, parce qu’ils ont peur du gouvernement. « 

Le gouvernement ouzbek affirme que les musulmans, les chrétiens et les adeptes de toutes les autres religions jouissent d’une complète liberté dans l’exercice de leur foi. Cependant, les critiques tels que Nazarov disent que le gouvernement contrôle toutes les activités religieuses – et que même les imams sont nommés par les autorités.

« C’est comme à l’époque soviétique», dit Nazarov. « En ce temps là, nous avions également des mosquées et des églises partout. Mais en réalité, tout fonctionnait sous le strict contrôle du gouvernement. »

Librement traduit du site de
Radio Free Europe

Laisser un commentaire

 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement