Réciprocité : la tolérance religieuse en Algérie

Posté par Endy le 18 mai 2008

  • L’Algérie décide de financer la mosquée de Marseille (1 million d’euros).
  • L’Algérie envoie 29 imams pour les mosquées françaises.
  • L’Algérie fait tout cela avec la bénédiction du gouvernement français et de son C.C.M.

De cette tolérance, les Français en sont-ils remerciés par leurs compatriotes musulmans ?
Je n’ai encore rien vu sur ce sujet.
Et les autorités Algériennes, se montrent-elles, à leur tour, tolérantes ?
Voyons, la situation des Chrétiens en Algérie :

« le prêtre catholique Pierre Wallez, résidant en Algérie depuis de nombreuses années, a été condamné le 30 janvier dernier à un an de prison avec sursis par le tribunal de Maghnia (extrême ouest du pays). Il est accusé d’avoir animé en décembre 2007 un culte auprès de migrants chrétiens camerounais. Une action assimilée au prosélytisme.« 

Oui, si vous ne le savez pas encore, le prosélytisme religieux est interdit depuis Février 2006 en Algérie…
Cette loi prévoit « deux à cinq ans de prison ferme et une amende de 5 000 à 10 000 euros contre toute personne qui incite, contraint ou utilise des moyens de séduction visant à convertir un musulman à une autre religion« .

« Selon Mustapha Krim, président des Eglises protestantes en Algérie, la préfecture de Tizi-Ouzou, capitale de la grande Kabylie, a suspendu récemment deux Eglises (…). Ces fermetures s’ajoutent aux huit autres opérées dans l’ensemble du pays depuis le début de l’année« .

Ha.
On ferme aussi des églises…

« A Oran, le père Hugh Johnson, en retraite depuis 2006, vit toujours sous la menace d’une expulsion. Il attend la réponse au recours introduit devant le Conseil d’Etat.« 

A la retraite mais expulsable quand même…

«  Il n’est pas possible pour les prêtres français d’obtenir des visas pour l’Algérie, à l’image de l’évêque de Pontoise Mgr Riocreux qui s’est vu refusé une visite à la communauté catholique d’Algérie, en mars 2008« 

Chrétien, donc on ferme les portes… Pourtant, un évèque. C’est pas le premier évangéliste venu. Mais « non » c’est « non ». L’excuse évoquée ci-dessous à propos des évangéliques américains ne tient pas :
« 
Les dignitaires musulmans accusent les évangéliques américains de cibler tout le pays et de profiter des difficultés sociales des gens pour les convertir au christianisme à coup d’argent et de promesses.« 

Et le gouvernement ? Est-il plus tolérant ?

« Le ministre algérien des Affaires religieuses, Bouabdellah Ghlamallah : « J’assimile l’évangélisation au terrorisme. » a-t-il déclaré dans un entretien au journal « L’Expression » au début du mois de mars.« 

Le problème c’est que le terrorisme islamiste (et donc celui qui fait des morts en Algérie) il ne l’assimile pas au terrorisme. Car la volonté apparente de combattre ce fléau (par exemple, avec une collaboration avec les autorités Marocaines) ne se dédouble pas d’une condamnation des causes.

« Et de confirmer : « J’ai demandé aux imams de rappeler aux jeunes que les prêtres ne viennent pas en Algérie parce qu’ils l’aiment ou parce qu’ils aiment le christianisme, mais pour créer une minorité qui donnerait un prétexte pour les puissances étrangères en vue de s’ingérer dans nos affaires au nom de la protection des minorités« 

Là, c’est sùr, il parle en connaissance de cause. Notre bon vieux Ghlamallah vend la mêche sur ses véritables intentions concernant le financement de l’islam en France. Non ? C’est à si méprendre pourtant.

Evèque qui se voit refuser son visa, prêtres emprisonnés, fermeture d’églises pour cause d’intolérance, propos injurieux et diffamatoires, gouvernement proche de la théocratie... Voilà de quoi alimenter nos journaux, nos TV. Voilà de quoi faire bondir notre gouvernement. Voilà de quoi faire s’indigner les MRAP, LDH, LCR, CGT…
Non ?
Personne ?
La tolérance ne serait appliquable que dans notre pays ?

Réciprocité : la tolérance religieuse en Algérie dans Laicite contre Theocratie theocratie

Le 17 avril 2006, le quotidien L’Expression rapportait en ces termes les propos de Bouteflika lors d’une visite à Constantine: « Nous n’accepterons pas que nos enfants oublient leur religion pour le christianisme sous prétexte de démocratie. » Quelques mois plus tard, l’Algérie votait la loi sur la « Régulation des pratiques religieuse »

Laisser un commentaire

 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement