Ahmad Batebi, le dissident iranien, a trouvé refuge aux USA

Posté par Endy le 6 juillet 2008

J’apprends par Al Salibiyyah, qu’Ahmad Batebi a trouvé refuge aux USA il y a quelques jours :

Ahmad Batebi, le dissident iranien, a trouvé refuge aux USA dans Laicite contre Theocratie ahmadbatebi

Ahmad Batebi est un étudiant et activiste iranien, symbole du mouvement étudiant pour la démocratie en Iran. Il fit la une du magazine The Economist en juillet 1999 (photo ci-contre), lors de protestations étudiantes très importantes.

Emprisonné à la suite de celles-ci à la prison d’Evin à Téhéran, il a été soumis à des actes de torture dont ont résulté de nombreuses complications médicales. D’abord condamné à mort, sa peine a été commuée en 15 ans de prison. En 2006, après avoir purgé 6 ans, Ahmad Batebi a été relaché puis réarrêté le 29 juillet.

Batebi est arrivé à Washington après avoir réussit à rejoindre l’Irak puis l’Autriche. Il a donné récemment une interview à Voice of America (Persian News Network) où il parle des tortures qu’il a subit en prison pendant 9 ans.
Selon lui, la République islamique utilise tous les moyens tant physiques que psychologiques pour « casser » les prisonniers politiques
. Tortures physiques et psychologiques dont il a lui-même fait les frais :
enfermé dans une cellule plongée dans le noir, battu, on l’a obligé à plonger sa tête dans une toilette pleine d’excréments (!), on lui a fait croire que sa mère était morte, on lui a fait entendre de fausses exécutions…

Batebi a aussi rendu hommage à ses amis morts sous la torture, en particulier le meurtre sauvage de son ami étudiant activiste, Akbar Mohammadi.

 

Publié dans Laicite contre Theocratie | Pas de Commentaire »

Le mariage annulé n’est pas inscrit à l’état civil

Posté par Endy le 5 juillet 2008

Petit rebondissement dans cette pénible affaire. J’ai lu quelque part que, selon l’avocat de la femme, un divorce aurait pu être obtenu trés rapidement. Elle accuse l’avocat du mari d’avoir rédigé une « abjecte assignation ». Voici maintenant que le parquet répond favorablement à la demande du garde des Sceaux de faire appel.

Quel foutoir pour une séparation qui ne mérite même pas une ligne dans un journal local. Mais le débat de fond, à savoir « comment intégrer une communauté qui se sert des lois plus qu’elle n’en applique l’esprit », est toujours absent. Il faut à mon avis et de toute urgence demander aux musulmans s’ils veulent OU NON appliquer la loi Française. Cette demande a déjà été faites pour les Juifs :

 

Question posée par l’Empire aux notables juifs : « Les juifs nés en France et traités par la loi comme citoyens français regardent-ils la France comme leur patrie ? Ont-ils l’obligation de la défendre ? Sont-ils obligés d’obéir aux lois et de suivre les dispositions du Code civil ? » Précisons que le Sanhédrin est convoqué deux ans à peine après la promulgation du Code civil, duquel Dieu est tout à fait absent, et qui place tout citoyen, quelque soit sa religion, dans un même cadre juridique.Le 4 août 1806, l’assemblée des notables déclare « au nom des Français qui professent la religion de Moïse » que
« leur religion leur ordonne de regarder comme loi suprême la loi du Prince en matière civile et politique ; qu’ainsi, lors même que leur code religieux ou les interprétations qu’on lui donne renfermeraient des dispositions civiles ou politiques qui ne seraient pas en harmonie avec le Code français, ces dispositions cesseraient dès lors de les régir puisqu’ils doivent avant tout reconnaître la loi du Prince et lui obéir. »
Les membres du Sanhédrin insistent surtout sur l’harmonie qui existe entre la législation de Moïse et le Code civil de Napoléon, et c’est dans cet esprit que le Grand Sanhédrin fixe sa réponse le 26 février 1807.

http://www.asmp.fr/fiches_academiciens/textacad/damien/sanhedrin.pdf

 

En attendant, rendez-vous en Septembre…

Le mariage annulé n’est pas inscrit à l’état civil

NOUVELOBS.COM | 23.06.2008

La cour d’appel de Douai a accédé à la demande du parquet de Lille d’empêcher la transcription de l’annulation controversée d’un mariage pour cause de mensonge de l’épouse sur sa virginité. Une telle transcription aurait pu permettre à un des deux époux de se remarier, et donc empêcher la tenue du procès en appel sur le fond, qui aura lieu en septembre.

La cour d’appel de Douai (Nord) a accédé jeudi 19 juin après-midi à la requête du parquet visant à empêcher la transcription à l’état-civil du mariage annulé à Lille après un mensonge de l’épouse sur sa virginité, a-t-on appris de source judiciaire.
Le parquet avait déposé début juin une assignation en référé pour demander l’arrêt de l’exécution provisoire du jugement d’annulation, c’est-à-dire la retranscription à l’état-civil, qu’avait rendu le tribunal de Lille le 1er avril dernier.
La cour d’appel a par ailleurs fixé la date de l’audience en appel sur le fond au 22 septembre prochain.

Risque de bigamie

En cas de transcription à l’état-civil, les ex-époux pourraient en théorie se marier avec un autre conjoint. Or, dans une telle hypothèse, si l’annulation du mariage est annulée en appel, ils se retrouveraient dans une situation de bigamie…
L’annulation de ce mariage a suscité une vive polémique. L’article 180 du Code civil indique notamment que « s’il y a eu erreur dans la personne, ou sur des qualités essentielles de la personne, l’autre époux peut demander la nullité du mariage ».
Après avoir d’abord considéré qu’il s’agissait d’une « décision de protection » de la jeune épouse, la ministre de la Justice Rachida Dati avait finalement demandé au parquet de Lille de faire appel de la décision d’annulation. (avec AP)

Publié dans Lois et Institutions | Pas de Commentaire »

Royaume-Uni: Des femmes qui fuient les mariages forcés sont trahies par les médecins et la police.

Posté par Endy le 4 juillet 2008

« Les mariages forcés en Algérie ce n’est pas l’islam, c’est une tradition. En réalité il y en a peu, personnellement je n’en connais pas, et d’ailleurs notre bon pasteur Ramadan a commencé une campagne européenne contre les mariages forcés ».

C’est en substance ce que m’ont déclarés des musulmans interrogés sur ce phénomène, c’est aussi ce qui court sur internet. Pas d’islam donc et Ramadan le grand gourou s’occupe du problème. C’est dire que c’est une preuve de bonne foi !

Malheureusement, la réalité est tout autre. Crimes d’honneur, mariages forcés, reconstruction de l’hymen … les affaires criminelles, les abus de toutes sortes ne manquent pas, en Occident et dans les pays musulmans. On se demande à quelle tradition (sous-entendu non islamique) se réfèrent les Maghrébins pour justifier l’existence des mariages forcés ? Une tradition antérieure à l’islam ? Et qui serait la même dans tous les pays musulmans… ?
A moins qu’on ait « oublié » que les sources sur lesquelles s’appuie le droit musulman sont le Coran, la Tradition, l’Idjma (consentement universel des docteurs musulmans) et le raisonnement par analogie (Qiyâs) ?

 

Certes, je ne me souviens pas qu’il y ait dans le coran un quelconque verset approuvant le mariage forcé, se serait même le contraire. Mais un chien ne fait pas de chats…La tradition est coranique où la femme y est un « citoyen » de seconde zone dévouée à son mari, son tuteur… bref, elle ne « s’appartient » pas. Et là, le coran est riche d’enseignement. Quand bien même elle aurait des droits, les pressions exercées sur les femmes ne rentrant pas dans un cadre imposé sont impressionnantes .

A tout hasard, voici un numéro où les jeunes filles peuvent trouver un secours :

Royaume-Uni: Des femmes qui fuient les mariages forcés sont trahies par les médecins et la police. dans l'islam par les musulmans mariageforce

 

Je rappelle pour exemple sur les « pressions » que les viols sont utilisés en Egypte contre les Coptes pour les forcer à se convertir, qu’en Palestine, certains Chrétiens préfèrent faire porter foulard ou burqa à leurs filles pour éviter insultes, crachats, menaces… Je ne pense pas là non plus que ce genre d’attitude soit explicitement recommandé dans le coran. Une tradition sans doute ?

L’article ci-dessous concerne l’Angleterre. Celle-ci est en but à des problèmes bien plus importants qu’en France concernant et la pression des mahométans sur la société et la pression des mêmes sur leur coreligionnaires . Les Pakistanais policiers, médecins ou employés de l’Etat trahissent le secret professionnel pour aider à retrouver les jeunes filles fuyant les mariages forcés. Encore une tradition ?

 

Un haut-gradé de la police a révélé que de jeunes femmes qui fuient les mariages forcés sont trahies par des médecins et des assistantes sociales en cheville avec les familles pour les faire réintégrer leurs foyers contre leur volonté.

Des docteurs et des employés de centres d’emploi [ANPE britannique] enfreignent le secret professionnel en communiquant aux familles des informations vitales qui leur permettent de traquer et de châtier ces femmes, pour la plupart d’origine pakistanaise.

Le commissaire divisionnaire Steve Allen, porte-parole de l’ACPO (Association des Commissaires de Police) sur la question des mariages forcés, a révélé que certains docteurs avaient alerté les familles de jeunes filles qui avaient demandé la pilule contraceptive, les exposant ainsi à la vengeance de leurs pères ou frères qui considèrent cela comme une tache sur l’honneur de la famille.

Le Commissaire Allen a aussi révélé au Sunday Telegraph que des employés des centres d’emploi avaient eu accès aux dossiers de Sécurité Sociale de femmes qui avaient fui des maris violents, qu’ils avaient découvert où elles touchaient leurs allocations et avaient donné ces informations à leurs familles afin qu’elles puissent les retrouver et les ramener de force au foyer conjugal.

Zalikha Ahmed, directrice du refuge de femmes “Apna Haq” dans le Yorkshire méridional, a déclaré: “Nous nous méfions de la police, surtout des policiers pakistanais. Nous évitons d’aller aux commissariats où travaillent certains Pakistanais car il y en a qui sont des auteurs de délits et l’un d’eux est connu pour avoir dit qu’il n’arrêterait pas quelqu’un qui aurait eu recours à la force contre sa femme.

Les 500 cas de mariage forcé aujourd’hui connus des autorités ne représentent qu’un infime pourcentage des jeunes filles et même des jeunes gens que l’on soupçonne d’avoir été contraints à se marier contre leur volonté.

Il ne se passe pas de semaine sans qu’un ressortissant britannique ne doive être secouru au seul Pakistan par le “Foreign and Commonwealth’s Forced Marriages Unit” [Unité d’intervention dans les mariages forcés au Commonwealth et à l’étranger].

Le commissaire Allen a déclaré que de tels mariages se soldaient pour les victimes par des années de viols et d’abus physiques, psychologiques et émotionnels, finissant parfois par leur enlèvement et même le meurtre lorsqu’elles tentaient de s’enfuir.

Le Commissaire Allen a dit: “Il y a trop d’endroits où les gens s’imaginent que cela ne les concerne pas. Mais nous voyons des cas, de par tout le pays, où des victimes à haut risque sont envoyées par leur famille à un autre bout du pays, loin de chez elles.”

Il s’agit aussi ici de chasseurs de prime et de tueurs professionnels utilisés par les familles pour les traquer, et ces victimes seront assassinées. C’est une question de la protection des enfants, des droits de l’homme, de jeunes gens dont les vies sont détruites et qui souvent sont assassinés pour avoir osé aimer selon leur cœur.

Source : Telegraph
Traduction d’extraits par Darwin pour Bivouac-id

Publié dans l'islam par les musulmans | Pas de Commentaire »

BBC : « cachez ces terroristes que je ne saurais voir ! »

Posté par Endy le 3 juillet 2008

A propos de la tentative d’assassinat sur le jeune Rudy, nombre d’articles de blog (et, entre les lignes, certains communiqués de presse de partis politiques) accusèrent les « medias » d’entretenir une sorte d’agacement envers certaines communautés, de mettre de l’huile sur le feu en présentant toujours le juif comme une victime. Pour cette affaire, le fait que Rudy avait déjà été arrêté lors d’un affrontement entre « bandes » pesait lourd.
En sous-couche, revient aussi l’accusation (à l’extrême-droite comme à l’extrême-gauche) que la presse serait aux mains des Juifs…
Malheureusement, l’instrumentalisation de l’information ou pire, le détournement d’images, le mensonge, la censure, l’auto-censure… ne sont pas l’apanage de tel ou tel. Et certains, comme la BBC, semblent s’en être fait une spécialité. Les récents procès à propos de l’affaire Al-Dura (http://france2-aldoura.blogpremium.com) montre que la France n’est peut-être pas à l’abri de pratiques plus que douteuses dans un conflit aussi important que celui opposant Israël et le monde Arabe.

Ci-après donc, un nouvel exemple de la BBC qui « biaise », en proie à un politiquement correct pro-palestinien.

Je vous invite à protester sur le site des Plaintes de la BBC – http://www.bbc.co.uk/complaints et cela que vous soyez Juifs, Musulmans ou autres. Après tout, c’est de notre droit à l’information qu’il s’agit.

 

BBC :
Au moment où sont rédigées ces lignes, davantage de détails nous parviennent sur l’attentat terroriste de ce jour (mardi 2 juillet) qui a eu lieu rue de Jaffa, grande artère populeuse de Jérusalem. Un habitant palestinien de Jérusalem s’est déchaîné au volant de son bulldozer, attaquant deux autobus, plusieurs voitures et des passants innocents, tuant au moins trois personnes et en blessant des dizaines d’autres, avant d’être abattu par un policier israélien [en fait, par un soldat en permission].

Si, en ce moment, la BBC Online couvre l’événement sous le titre « Bulldozer rampage hits Jerusalem » (Un saccage au bulldozer frappe Jérusalem), il faut savoir que son titre original était « Israel bulldozer driver shot dead » [Le conducteur d'un bulldozer israélien abattu], ce qui donne un bref aperçu du journalisme biaisé de la BBC.

Comme, cette fois-ci, nous avons été en mesure de prendre la BBC sur le fait avant qu’elle ne corrige son titre, cet exemple constitue une preuve de plus de la mentalité de la BBC – le premier réflexe instinctif est de dépeindre Israël comme l’agresseur et le Palestinien comme la victime, même si ce Palestinien a commis un attentat terroriste contre des civils innocents.

Cette tendance se retrouve dans le reportage télévisé de la BBC.

Le fait que cet attentat terroriste ait eu lieu face aux studios de Jérusalem Capitale, quartier général local de nombreux organes de presse internationaux, dont la BBC, Sky News et CNN, garantissait que les rushes et la couverture de presse, soient presque immédiatement disponibles. Le propre correspondant de la BBC, Tim Franks, a même été témoin de la majeure partie de l’incident de la fenêtre de son bureau. La BBC ne peut absolument pas invoquer l’excuse de n’avoir pas eu les faits bruts de l’événement devant les yeux depuis le tout début.
Notre Special One Year Analysis [Analyse annuelle spéciale] de la BBC a démontré à quel point son choix des titres afférents aux opérations et aux actes terroristes sont incongrus et favorisent la partie palestinienne. Les informations traitant d’attentats terroristes ne nomment jamais directement les aggresseurs. Elles recourent plutôt à des titres comme « Une roquette blesse des dizaines de personnes en Israël« .

 

En fait, même le récent titre de la BBC headline « Un saccage au bulldozer frappe Jérusalem », est aussi foncièrement vicié, en ce qu’il omet d’attribuer l’attentat à l’individu palestinien qui l’a perpétré. Au lieu de cela il fait mention d’une machine inanimée comme étant l’instigatrice [du crime]. Bien entendu, le bulldozer n’a pas accompli ces actes de son plein gré. En outre, ce n’est pas la ville de Jérusalem, mentionnée dans le titre, qui a été assassinée, mais au moins trois Israéliens innocents.

 

Vous pouvez envoyer vos commentaires au site des Plaintes de la BBC – http://www.bbc.co.uk/complaints (pour des indications détaillées sur la manière de naviguer sur le site des Plaintes de la BBC, cliquez ici).

 

Article de http://www.honestreporting.com

Traduit par : http://www.upjf.org (union des patrons et professionnels juifs de France)

 

 

 

 

 

Publié dans Actions, Auto-censure | Pas de Commentaire »

Fitna : suite logique au procès Néerlandais

Posté par Endy le 2 juillet 2008

 

Le procureur général d’Amman a retenu mardi cinq chefs d’accusations à l’encontre du député néerlandais Geert Wilders pour son film anti-islam mis en ligne en mars sur internet et émis un ordre à comparaître à son encontre.

 

Il est notamment accusé d’ »insultes au prophète, de publications de documents et dessins qui blessent les sentiments religieux et de violations de lois sur l’internet ». Par ailleurs le procureur a émis à destination du député néerlandais un ordre à comparaître devant le tribunal.

 

Jordanie
Selon la procédure, le ministère jordanien des Affaires étrangères informera l’ambassade de Jordanie à Amsterdam de l’ordre à comparaître. Celle-ci l’adressera à son tour au député qui a 15 jours pour se présenter devant un tribunal en Jordanie, le cas échéant un ordre d’amener sera issu via Interpol. Le député est passible de trois ans de prison en Jordanie.

 

Plus de trente médias ont constitué un groupe intitulé « Campagne pour le Prophète« , dans le but d’attaquer en justice le député néerlandais. Ce député d’extrême-droite a mis en ligne en mars son film de 17 minutes intitulé Fitna (discorde, en arabe), dans lequel il associe des images violentes d’attaques terroristes à Madrid ou à New York à des versets coraniques.

 

Le gouvernement néerlandais a pris ses distances vis-à-vis du film qui, selon le Premier Ministre Jan Peter Balkenende, « amalgame islam et violence » et « n’a d’autre but que d’offenser ». Le parquet national des Pays-Bas avait estimé lundi que ce film, comme les déclarations du député à la presse en marge de sa diffusion, ne sont pas de nature à justifier des poursuites.

 

Fitna : suite logique au procès Néerlandais dans Auto-censure fitna0On pouvait effectivement s’attendre, suite au « non-lieu » proclamé par la justice néerlandaise, à une Fatwa ou un procès de ce genre. Permettez moi de reprendre quelques passages :

« Ce député d’extrême-droite…« 

Devons nous attendre les députés de droitegauche pour réfléchir aux problèmes posés par l’islam ? Quelle fut, aux Pays-Bas, la réponse des autorités après les crimes dont ce sont rendus coupables les musulmans ? Je veux dire, à part arrêter un caricaturiste ? (lire ici)

Et puis avec « extrême-droite » tout est dit. C’est un ignoble facho. Reprenez-en choeur avec moi : « Critique de l’islam = Nazi ». OK ?
Même si nombre de ces critiques sont des musulmans, des arabes, des pakistanais, des libanais, des laïcs…

 

 


« …dans lequel il associe des images violentes d’attaques terroristes à Madrid ou à New York à des versets coraniques« 

Lorsque Ben Laden ou d’autres groupes terroristes en font autant les blâme-t-on ?

« le cas échéant un ordre d’amener sera issu via Interpol« 

On voit ici le changement qui s’opère en Islam. Les fatwa avec leurs menaces de mort ont très mauvaises presses. Tachons donc d’attaquer la liberté de la presse plus finement… et demandons aux Occidentaux de nous prêter main forte.

ça ne veut pas dire qu’ils ont abandonnés la stratégie par menaces pour autant. Le site Internet britannique a été obligé de retirer « fitna » de son serveur pour cette raison. En temps normal, ça aurait entraîné une mobilisation des journalistes. Ou au moins ceux de Reporters sans Frontières. En temps normal.

Publié dans Auto-censure, Lois et Institutions | Pas de Commentaire »

Agression du jeune juif à Paris : revue de presse

Posté par Endy le 2 juillet 2008

« Quelles que soient les origines de cette agression, cette attaque a un relent d’antisémitisme aussi révoltant que les relents racistes qui accompagnent les agressions contre les immigrés. » « Toutes les formes de racisme, de xénophobie et d’antisémitisme sont intolérables » et « seul le dialogue entre jeunes de toutes origines permettra de résoudre cette détestable situation qui nourrit la violence » extraits du communiqué de la LCR.


D’emblée donc, la LCR oppose les racismes : bon, oui d’accord, un juif merde ça craint, mais bon les autres aussi hein, attention, c’est des victimes aussi…
Pas besoin de faire un effort d’imagination pour s’imaginer ce que la LCR nous aurait pondu si ce même juif avait été agressé par des « hooligans ». Ce coup-là, c’est sur, le nazisme serait de retour. Nul ne serait besoin de « dialogue entre jeunes ».

J’ai donc attendu un peu avant de publier quelque chose sur cette tentative de meurtre parce qu’à contrario de « l’affaire du mariage annulé » j’étais sur que celle-ci allait évoluée. Dans les média, évidemment.

On a d’abord dénoncé un « acte antisémite » demandant « une justice implacable » le tout évidemment sur fond « d’émotion » et ce dès le 22 Juin. (Le figaro)

Le 23 Juin, le ton a déjà changé, le manichéisme n’est plus de mise : « Les habitants du XIXe arrondissement de Paris sont partagés entre incompréhension et stupeur » et si vous ne comprenez pas on ajoute un « témoignage » :

« Non, vraiment on ne peut pas dire qu’il y ait une montée des tensions entre les communautés. Je suis musulman et cela n’empêche pas des clients juifs de venir manger chez moi… Attention à ne pas tout confondre » (Libération)

L’acte antisémite devient alors « probable » (Le Figaro)

« On ne retient pas une volonté d’agresser particulièrement une personne d’origine juive mais un membre de cette bande de jeunes juifs », a précisé le procureur mardi. Il parle d’ »antisémitisme par conséquence du phénomène de bande ». Deux jours après ce passage à tabac, les enquêteurs s’étaient toujours montrés très prudents car des témoignages remettaient en cause la version de l’agression purement antisémite dénoncée dans un premier temps par plusieurs représentants de la communauté juive. Des témoins de l’agression ont tout de même entendu des injures et des insultes antisémites.  » (Europe1)

Le même jour, on apprend que « L’adolescent agressé ce week-end, avait été placé en garde à vue le 9 décembre 2007, après des « incidents à caractère intercommunautaire ». »(Libération)

Si l’adolescent a pris part à d’autres « incidents » c’est qu’il n’est plus tout rose.

Le 25 Juin Grioo.com titre : « Violences dans le XIXe arrondissement : « antisémitisme par incidence« . Plus question ici de Juif ou de victime, on peut être antisémite par « incidence ». ça fait bien comme mot surtout dans un titre. Mais qui sait qu’il veut dire « conséquence » ?
ça me rappelle le meurtre d’Ilan Halimi par un « gang de barbares» à l’«antisémitisme par amalgame»…

S’ensuivent alors des « rumeurs ». Logique puisque la vérité tarde à venir… ou plutôt à être officielle :
Le jeune homme ferait partie du Betar (honte suprême !). La vérité est qu’il fut déjà arrété pour un affrontement « à caractère intercommunautaire ». Il portait un casque de moto à la main ou suivant les versions un ou des « poings américains »… (http://www.france-info.com/spip.php?article151974&theme=9&sous_theme=11)


« Il y a un mauvais climat en ce moment dans le XIXe arrondissement , estime Emmanuel Brenner, auteur du livre Les Territoires perdus de la République (Mille et une Nuits, 2002). J’y vois la convergence d’un antijudaïsme d’origine maghrébine, traditionnellement exacerbé par le conflit du Proche-Orient, et d’une déshérence liée au chômage de masse de cette jeunesse là et de celle originaire d’Afrique. Cet antisémitisme relève d’un phénomène plébéien marqué par le ressentiment social. »

Qui faut-il croire ? Libé ou Brenner ? Mauvais climat ou paisible co-existence ?

Nous nous sommes rendus sur place pour comprendre pourquoi ce drame local a été propulsé à la une des médias.

20h00 avenue Jean Jaurès. Un soir d’été à la chaleur lourde. La température pousse au regroupement dehors, sur le trottoir, en terrasse. Un premier groupe, quatre jeunes rebeus, la vingtaine. Le premier que nous abordons est méfiant, mais il accepte tout de même de nous parler.

 

Les médias, ils en ont vu beaucoup ces derniers jours et ils ne leur accordent aucune confiance. L’affaire, l’agression, c’est une histoire gonflée par les journalistes, nous disent-ils. Au delà du drame personnel, il n’y aurait pas de problème. « L’ambiance est nickel,même si on galère. Ce sont les médias qui raclent là où ça vend, qui viennent foutre la merde« , nous dit Amza, 23 ans, jeune technicien EDF. C’est le plus volubile des quatre et il avoue ne plus donner aucun crédit aux médias. »La plupart des télés, je ne les regarde même plus, sauf Al-Jazeera et BFM TV« . Ils insistent : avec les juifs, « il n’y a pas de tensions ». Ils ont des potes juifs. Il existe certes des préjugés, mais comme il en existe sur les Français ou sur les noirs. Ils dénoncent un traitement différent des incidents par les médias selon l’origine de la victime.

 

Un peu plus loin, sur l’avenue, un autre groupe bigarré de jeunes : trois noirs, un arabe, un Français. Même méfiance d’emblée, mais très vite ils se lâchent. Le plus volubile, gouailleur, c’est Dicsa – un surnom (note : verlan de sadique !). Les jeunes qui ont fait ça « ce sont des petits cons », ils les connaissent. Eux, ils n’ont rien à voir avec tout ça. Avec les juifs, il n’y pas de problème. « Les embrouilles, c’est entre des jeunes qui cherchent la merde. Il y a toujours des gars de différentes communautés qui se regardent mal, qui s’embrouillent pour des histoires de scooters ». Là encore, les médias sont dans le collimateur : « A force de parler de tout ça, ils vont finir par monter les gens les uns contre les autres« . Pour Dicsa, ce qu’ils veulent dans le quartier, c’est juste qu’on les laisse tranquilles. Toutes ces histoires « c’est mauvais, ça casse le business« . Leur préoccupation au quotidien, dit-il, ça n’est pas de « casser du juif », mais « de faire du biz, de l’argent ».

 

http://observers.france24.com/fr/content/20080627-agression-juif-antisemitisme-fete-musique-media-quartier

Comme disent les commentaires : « à force de manipuler l’information, les médias vont faire monter l’antisémitisme » ?

Comme à l’accoutumée lorsqu’une affaire n’est plus aussi surement manichéenne que le méchant blanc/nazi/bourgeois versus le pauvre/immigré/défenseurdesdroitsdel’homme, on ne sait plus quelle attitude avoir et la presse finit inévitablement par être accusée de récupération. Quelle est la bonne attitude ? Semble crier les médias, la police (le gouvernement peut faire des ronds de jambe et des volte-face, il est habitué à ce genre d’exercice diplomatique)…

 

PERSONNE, oh non personne, n’osera ne serait-ce qu’aborder le problème religieux. Je suis pourtant d’accord sur le fait que le « problème » palestinien ou le « ressentiment social » peuvent être une partie des raisons de l’agression. Mais, si on ne peut pas tout réduire au problème de l’islam, il conviendrait aussi de ne pas l’ignorer. Les appels à la haine des Juifs par certains imams sont pourtant l’objet de poursuites actuellement.

 

Ce qui est sur c’est que de continuer de croire qu’il s’agit simplement de deux bandes de voyous s’affrontant c’est se foutre le doigt dans l’oeil comme déjà nous l’avons fait avec les « tournantes ». En refusant d’appeler un chat un chat (en l’occurrence des « viols en réunion à caractère raciste »), en refusant d’aborder tout ce qui fait problème, nous ne pouvons résoudre quoi que ce soit.

 

Les médias comme les partis comme certains membres des « communautés » semblent tout à coup être très soucieux de ne pas faire d’amalgame. Mais qui se soucie de l’amalgame « flic=tueur » lorsque deux voleurs sont tués dans un accident avec des policiers et que des émeutes s’ensuivent ? Lorsqu’un policier est tué dans une fête foraine par un « jeune » sans manifestation de soutien pour la victime ? Qui se soucie de simplement raconter la réalité lorsque des viols sont perpétrés au Printemps de Bourges et que des agressions ont lieu au cri de « sale blanc » au lieu de laisser le peuple dans l’ignorance par peur de créer une phobie ?

Je tiens également à préciser que si personne n’était intervenu Rudy serait probablement mort, les « jeunes » lui sautant dessus à pieds joints alors qu’il était à terre.

Agression du jeune juif à Paris : revue de presse dans Auto-censure sceau_salomon_argtCe jour-là, vers 16 heures, deux bandes, l’une composée de jeunes juifs, l’autre de jeunes Noirs, s’affrontent, comme elles l’ont déjà fait le 10 juin, puis le 13. Dans la bagarre, David, 20 ans, pris à partie, perd sa chaîne avec une étoile de David. A 17 heures, il décide de retourner la chercher, accompagné. Les heurts reprennent. Kevin, mineur, a le bras entaillé par une machette. Un autre est frappé dans le dos. Pourtant, au moment des faits, aucun ne portera plainte. Le troisième épisode se déroule vers 19 heures, lorsqu’un groupe de jeunes juifs se rassemble dans la rue. Mais ils sont inférieurs en nombre aux jeunes Noirs. Rudy H., 17 ans, se retrouve isolé. Coincé contre le portillon d’un parc, il est sauvagement battu. « Les témoins décrivent un massacre ou un lynchage », a expliqué, mardi 24 juin, le procureur de la République, Jean-Claude Marin, en annonçant l’ouverture d’une information judiciaire. (Le Monde)

Voici enfin, un exemple pourtant vieux de 6 ans de ce qui se passait à Sarcelles. Là encore, je précise que je ne généralise pas. Mais ignorer ces faits, c’est ignorer qu’il existe vraiment un antisémitisme autre que celui, bien identifié et condamné par tous, d’extrème-droite. Même si on peut croire qu’il s’agit d’une « transposition » de l’intifada en France, la réaction du MRAP est édifiante :

 » Sarcelles est devenue une ville ultra-communautaire. Cela a d’abord engendré une forme de méfiance, puis du racisme « , note Mourad Boughanda, jeune conseiller municipal issu d’une liste indépendante. Marc Djeballi, le président de la communauté juive, refuse  » de sombrer dans la paranoïa « . Il se dit toujours  » heureux d’habiter Sarcelles « . Pour l’instant. Mais demain ?  » Oui, nous nous affolons, confie ce médecin. Chaque jour, une dizaine d’actes d’origine criminelle atteignent notre communauté. Comment voulez-vous que nous vivions tranquillement ? « 

Les juifs qui habitent autour de la synagogue racontent qu’ils essuient quotidiennement injures, jets d’œufs et autres humiliations. (note : Je ne pense pas que les musulmans vivent une situation semblable ni même l’ont JAMAIS vécu en France) Pour Marc Djeballi, la cause ne fait aucun doute :  » Il s’agit bien d’actes antisémites.  » Deux fois incendiée et plusieurs fois saccagée, l’école juive Tiferet Israël cristallise ces tensions. Moshe Bellity, le proviseur est fatigué.  » Si j’en avais la possibilité, je crois que je partirais, même si c’est très dur.  » Impuissant, il ne sait plus quoi faire :  » La première fois qu’il y a eu le feu, le Mrap (Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples) nous a adressé son soutien. Cette fois-ci, ils ne se sont pas manifestés. « 

http://www.esj-lille.fr/atelier/magan2/teo/actu.html

Publié dans Auto-censure, Victimisation | Pas de Commentaire »

Les tabous de l’esclavage

Posté par Endy le 26 juin 2008

Jeudi 3 Juillet, Arte rediffuse 2 reportages sur une page d’histoire largement dissimulée pour cause de « repentance » nationale. La vérité historique est beaucoup moins manichéenne, comme souvent.

L’histoire de l’esclavage ne se réduit pas à la traite transatlantique organisée par les Européens. La plupart des royaumes africains y ont participé, et la traite sur le continent noir comme en terre d’islam a été considérable. Aujourd’hui encore, le phénomène perdure en Mauritanie.

Pour compléter le tableau, il manque toutefois la traite des Européens par les Musulmans. Peu ragoutante, elle aussi, puisqu’elle met en cause encore une fois l’islam mais aussi les européens eux-mêmes. Car souvent, les peuples esclavagistes (en réalité la quasi totalité des civilisations humaines) trouvent des « complices » parmi les peuples esclaves. Dans la Rome antique, par exemple, les romains pouvaient se fournir en Gaulois chez des peuples celtes rivaux.

 

Chasseurs d’esclaves

Reportage de Sophie Jeaneau et Anna Kwak
ARTE France, France, 2008, 45mn
Rediffusion le 3 juillet à 10h00

 

Les tabous de l’esclavage dans Histoire 2081086,property=imageData
© Arte France

En Mauritanie, avec l’aide de militants abolitionnistes, un esclave évadé part à la recherche de sa soeur toujours en captivité, bravant l’ordre établi. Un document exceptionnel.
Mars 2008, à Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Bilal, un esclave évadé, porte plainte. Sa soeur est détenue par une famille maure depuis la naissance.
Elle a 40 ans. “Elle travaille jour et nuit, sans salaire”, dénonce-t-il. Et ses enfants sont le fruit des viols de son maître. Deux militants de l’association mauritanienne SOS Esclaves décident d’aider Bilal à libérer sa soeur, de gré
ou de force. Ils savent que la tâche ne sera pas facile. Issu d’un système traditionnel millénaire, l’esclavage mauritanien, qui n’a été officiellement mis hors la loi qu’en 2007, structure la société tout entière, souvent avec l’accord tacite des autorités. Une caravane se met en route à travers le désert, accompagnée par la caméra de Sophie Jeaneau et Anna Kwak. Un reportage exceptionnel sur le combat forcené des abolitionnistes d’aujourd’hui, décidés à éradiquer l’esclavage en terre africaine.


Les esclaves oubliés


Documentaire d’Antoine Vitkine
ARTE France, France, 2008, 45mn
Rediffusions le 3 juillet à 10h45 et le 18 Juillet à 11h05

 

2081084,property=imageData dans Histoire
© Arte France

L’histoire méconnue des traites négrières africaine et orientale, racontée par les meilleurs spécialistes de la question, notamment arabes et africains.
La traite transatlantique, organisée par les Européens, avec ses douze millions d’Africains déportés vers les Amériques en l’espace de deux siècles et demi, ne fut pas la seule.
Ce documentaire raconte l’histoire de la traite orientale et arabo-musulmane, au cours de laquelle dix-sept millions d’Africains ont été réduits en esclavage pendant quatorze siècles. Il s’intéresse également à une filière encore plus méconnue, la traite interne à l’Afrique noire, menée pendant des siècles par les royaumes africains. Il montre enfin que ces systèmes ont perduré dans le monde musulman et en Afrique noire jusqu’au milieu du XXe siècle. Comment étaient capturés ces esclaves ? Dans quelles conditions étaient-ils déportés ? À quoi étaient-ils employés ? Les spécialistes Salah Trabelsi, Ibrahima Thioub, Henri Medard ou Mohamed Ennaji répondent à ces questions. Les historiens tentent également d’analyser la raison pour laquelle cette réalité suscite des controverses toujours vives, aussi bien dans les mondes africain et musulman qu’en Occident.

Publié dans Histoire | Pas de Commentaire »

Rejet de la plainte contre les caricatures de Mahomet

Posté par Endy le 20 juin 2008

Enfin, une réaction intelligente en Europe. Un souffle d’air frais pour la liberté d’expression. En effet, le tribunal souligne a deux reprises que ce ne sont pas les musulmans qui étaient visés dans les caricatures danoises mais l’islam en tant qu’idéologie pouvant entrainer des actes terroristes.
Les associations se plaignaient qu’on établisse « un lien clair entre Mahomet et la guerre ». Voilà qui est curieux. L’hégire est l’année de référence pour les musulmans. Ce n’est pas l’année de naissance du prophète. Ce n’est pas non plus celle de son ascension. C’est celle où il est devenu chef militaire et politique. Le lien clair entre Mahomet et la guerre appartient en fait à la tradition islamique.

Rejet de la plainte contre les caricatures de Mahomet dans Lois et Institutions caricaturesLa justice danoise a rejeté jeudi la plainte de sept associations musulmanes au Danemark qui avaient intenté un procès à deux responsables du quotidien danois Jyllands-Posten pour leur publication en septembre 2005 de douze caricatures controversées de Mahomet.

Ces associations ont été déboutées par la Cour d’appel qui a confirmé le verdict d’octobre 2006 du tribunal d’Aarhus, siège du journal, selon un communiqué judiciaire. Les juges de la Cour d’appel ont estimé que ces dessins ne portaient pas atteinte à l’honneur des croyants et ne constituaient pas une expression de mépris envers les musulmans, comme l’affirmaient les associations plaignantes.

Celles-ci considéraient ces dessins comme « offensants et injurieux », car « représentant le prophète comme belliqueux et criminel, établissant un lien clair entre Mahomet, la guerre et le terrorisme ». L’une des douze caricatures, qui a fait scandale dans le monde musulman, montrait Mahomet la tête recouverte d’un turban en forme de bombe à la mèche allumée.

Le président du tribunal, Peter Lilholt, a souligné que la justice ne pouvait « restreindre la liberté d’expression », et qu’elle pouvait intervenir uniquement si, conformément à la Convention européenne des droits de l’homme, cette liberté d’expression portait atteinte à « la sécurité nationale, l’intégrité territoriale ou la sécurité publique » d’un Etat.

La cour a également estimé que le dessin du prophète enturbanné, était « de caractère satirique » et « ne référait pas aux musulmans en général ni aux associations (plaignantes) ou à leurs membres ». Le tribunal a rappelé « que des actes terroristes ont été commis au nom de l’islam, et qu’il n’est pas illégal que ces actes fassent l’objet d’une représentation satirique ». (belga/7sur7)

[Edition du 20 Juin] J »apprends que la police danoise vient d’arrêter deux Tunisiens qui avaient projetés d’étrangler l’un des caricaturistes :
lire sur Bivouac-ID et sur le Nouvel Obs.

Publié dans Lois et Institutions, Victimisation | Pas de Commentaire »

Un musulman converti au christianisme kidnappé

Posté par Endy le 19 juin 2008

Je reproduis un article de Portes Ouvertes tel quel. Portes Ouvertes est un site chrétien qui tâche de « faire en sorte que chaque chrétien qui est persécuté pour sa foi ne soit pas oublié ». Car il est peu connu que le christianisme est la religion la plus persécutée au monde. L’Eglise évalue à 170 000 le nombre de chrétiens qui meurent chaque année en raison de leur foi.

Bien entendu les régimes musulmans ne sont pas seuls en cause dans cette persécution. Le Laos, la Corée du Nord, la Chine sont souvent cités. Mais il est également bon de rappeler que l’apostasie peut être punie de mort en Islam.

Je pense que les musulmans vivant en France auront à coeur de comparer cette situation avec la leur.

 

Kidnappé trois jours après sa conversion

 

Au nord du Nigeria, il est de plus en plus courant que des chrétiens d’origine musulmane soient kidnappés. Le but : les faire revenir à l’islam. C’est ce qui est arrivé récemment à Sanusi.

 

Sanusi Ali est âgé de 21 ans et jusqu’en février dernier, il suivait tranquillement sa scolarité dans un pensionnat de l’Etat de Katsina au Nigeria. Sa mère est chrétienne, son père musulman et c’est certainement une des raisons qui l’ont poussé à faire une étude comparative de l’islam et du christianisme. Cette étude allait bouleverser sa vie, car Sanusi a alors décidé de devenir chrétien. Il s’y est engagé le 14 février devant un pasteur.

 

Dès lors, Sanusi ne s’est plus rendu à la mosquée, éveillant la curiosité de son oncle. Et lorsque celui-ci est venu lui poser quelques questions au sujet de son absence, Sanusi s’est ouvert à lui, lui expliquant sa conversion au christianisme. Sanusi ne se doutait pas que son oncle allait le dénoncer aux autorités locales. Il ne pensait pas non plus qu’il allait être expulsé de son école et arrêté par la police de la charia qui l’a emmené dans la ville de Kano, à 120 km de chez lui.

 

Ainsi, le 17 février 2008, trois jours après sa conversion au christianisme, Sanusi s’est retrouvé enchaîné dans une cellule sombre. Selon Kurma, sa mère, qui a été autorisée à le voir, le jeune homme a été torturé. Depuis, elle n’a plus aucune nouvelle de son fils. Les membres de l’assemblée jeûnent et prient pour lui.

 

L’Etat de Katsina fait partie des 12 Etats gouvernés par la charia au nord du Nigeria. Conformément à la loi islamique en vigueur, il est interdit pour les musulmans de quitter l’islam. Ceux qui s’y risquent s’exposent à l’enlèvement, la séquestration et la torture. Pourtant, des musulmans continuent à se convertir au christianisme dans cette région.


• Prions pour Ali, afin qu’il soit libéré.
• Prions pour la mère d’Ali, qui est sourde-muette et qui a dû fuir son foyer après avoir été violemment battue par son mari.
• Prions pour les chrétiens des 12 Etats du Nigeria ayant adopté la charia et remercions Dieu pour leur persévérance dans l’épreuve.



Cette information peut être reprise sous condition expresse de nommer la source : Portes Ouvertes France

Publié dans Reciprocite | Pas de Commentaire »

Piscine et gymnase : deux affaires de discrimination

Posté par Endy le 19 juin 2008

Encore et toujours la France se bat contre un ennemi qu’elle ne veut pas voir. On parle ici de « communautés », comme si les Chinois avaient des demandes de cet ordre, on parle de « laïcité » et de « religion » alors que nous avons affaire au sectarisme.
Quand allons-nous comprendre la différence réelle entre religion et secte ?  Est-ce une liberté de laisser des personnes en obliger d’autres à porter un signe disctinctif ou à agir comme ils le dictent ?
Et pourquoi diable prenons nous des gants ou devons-nous débattre ?

Oui, nous avons le devoir de mettre les Musulmans face à leur responsabilité quant à leurs pratiques contraires à l’éthique républicaine. Non, la discrimination, d’où qu’elle vienne, n’est pas une liberté.

Nos lois sont basées sur une certaine éthique, la loi musulmane sur une autre, cela devrait être évident pour tous. Si l’on veut vivre ensemble, quelles pratiques sommes-nous censés accepter ? Mais, en réalité, le débat ne devrait pas avoir lieu chez nos politiciens car la question devrait plutôt se poser ainsi : Les Musulmans sont-ils prêts oui ou non à accepter les lois de la France ?

Piscine et gymnase : deux affaires de discrimination  dans Laicite contre Theocratie voilerepublique

Laïcité: deux affaires relancent la polémique

 

Laure Daussy pour Le Figaro avec Le Parisien et AFP

Une piscine réservée aux femmes à certaines heures en Isère, un gymnase interdit aux hommes pour un tournoi dans l’Essonne… Certaines communes sont embarrassées par des demandes communautaires.

«Entrée du gymnase réservé aux femmes exclusivement». C’était écrit noir sur blanc sur l’affiche. Il s’agissait d’un tournoi de basket féminin intermosquées, prévu dimanche 29 juin au gymnase municipal de Vigneux, et interdit aux hommes, rapporte Le Parisien. La municipalité a finalement annulé mercredi soir la manifestation devant la polémique naissante.

 

« Je ne savais pas que c’était inter-mosquées et que les hommes étaient interdits d’accès s’est expliqué le maire UMP Serge Poinsot.

« Dès que j’ai su que c’était discriminatoire, j’ai interdit le prêt du gymnase. Je respecte les lois de la République ». L’opposition s’est dite « scandalisée ». « Prêter un équipement municipal pour un événement culturel avec un accès discriminant, c’est tout simplement contraire à la laïcité de l’Etat » s’est insurgé Patrice Finel, le chef de file de l’opposition.

 

Autre lieu, même polémique. Lundi dernier, dans l’Isère, à la Verpillière, la piscine municipale a été ouverte tout spécialement pour une cinquantaine de femmes et uniquement pour elles, dans un créneau de deux heures, sous la surveillance de maîtres nageurs femmes. «Une cinquantaine de nageuses de tous âges et de toutes nationalités confondues, toutes en maillot de bain, sans signe distinctif de religion, ont pu se baigner. Pour moi il s’agit d’un processus d’intégration » (l’intégration ? sans signe religieux et sans distinction de nationalités suffisent-ils à rendre cette mesure louable ? Non, elle est discriminante donc contraire à l’éthique et contraire à nos lois. Est-ce cela l’intégration ?) s’est défendu le maire Patrick Margier (Sans étiquette). Il a précisé par ailleurs que cette première séance était seulement un test, organisé par le centre social de la commune.

 

Mais la polémique fait rage. Un conseiller municipal d’opposition, ex-conseiller aux sports dans la municipalité (UMP) précédente, a dénoncé, dans le quotidien le Dauphiné libéré de mercredi, l’occupation d’un lieu laïc à des fins à tendances religieuses. «Quand nous étions à la mairie, nous avions reçu des demandes dans ce sens émanant de la communauté turque. Demandes auxquelles nous n’avions pas donné suite car la piscine est un bâtiment public, ouvert à tout le monde», a déclaré l’élu. L’affaire doit être débattue lors du prochain conseil municipal, le 26 juin.

Publié dans Laicite contre Theocratie, Lois et Institutions | Pas de Commentaire »

1234
 

La Françafrique a du coeur |
les illusions perdues |
"Un homme qui crie n'est pa... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | le bien être de candresse e...
| les pensées doubles de Caleb
| Mareil Autrement